Deutsche Bank aurait suspendu deux cadres

dimanche 8 juillet 2012 15h09
 

FRANCFORT (Reuters) - Deux cadres de Deutsche Bank ont été suspendus après une enquête réalisée par un cabinet d'audit externe à la banque allemande, rapporte le magazine allemand Der Spiegel qui n'identifie pas ses sources.

Contacté dimanche par Reuters, un porte-parole de Deutsche Bank a refusé de commenter cet article, renvoyant à un rapport trimestriel dans lequel la banque dit avoir été citée à comparaître par les autorités américaines et européennes dans le cadre des investigations sur des présomptions de manipulation du Libor par des banques.

La tentative de manipulation du Libor, qui s'est déroulée entre 2005 et 2009 selon les autorités, implique que des millions d'emprunteurs ont payé un taux d'intérêt majoré ou minoré sur leur dette.

Le Libor est calculé quotidiennement pour 10 devises et 15 périodes de référence allant du jour le jour à 12 mois.

Des sources proches de la situation ont déclaré vendredi à Reuters que l'autorité allemande de régulation des marchés, la BaFin, se penchait sur le comportement de Deutsche Bank.

Le régulateur allemand n'a pas souhaité dire s'il enquêtait spécifiquement sur Deutsche Bank mais a bien confirmé qu'il examinait des présomptions de manipulation du Libor par des banques.

Les conclusions de l'enquête, initiée par le régulateur lui-même, ne devraient pas être connues avant la mi-juillet, a précisé l'une des sources.

Pour l'instant, seule la banque britannique Barclays a admis avoir participé à des opérations visant à manipuler le Libor et accepté de verser près de 360 millions d'euros aux autorités américaines et britanniques pour mettre fin aux poursuite la visant.

Edward Taylor, Nicolas Delame pour le service français

 
<p>Deux cadres de Deutsche Bank ont &eacute;t&eacute; suspendus apr&egrave;s une enqu&ecirc;te r&eacute;alis&eacute;e par un cabinet d'audit externe &agrave; la banque allemande, selon le magazine allemand Der Spiegel. Dans un rapport trimestriel, la banque dit avoir &eacute;t&eacute; cit&eacute;e &agrave; compara&icirc;tre par les autorit&eacute;s am&eacute;ricaines et europ&eacute;ennes dans le cadre des investigations sur des pr&eacute;somptions de manipulation du Libor par des banques. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach</p>