La Banque postale double les crédits aux collectivités

samedi 7 juillet 2012 18h58
 

PARIS (Reuters) - La Banque postale a annoncé samedi qu'elle pourrait doubler son enveloppe de crédits à court terme destinés à financer les collectivités locales à la suite du désengagement de Dexia en France, la faisant passer de 2 à 4 milliards d'euros.

Comme elle s'y était engagée, la filiale bancaire de la Poste a commencé, depuis le 20 juin, à traiter les demandes de financement des collectivités locales, confrontées pour certaines à un déficit criant.

"Déjà près de 2 milliards de besoins de financement ont été formulés par les collectivités partout en France", écrit-elle dans un communiqué. "Pour faire face à la demande croissante de crédit court terme, la Banque postale pourra élargir jusqu'à 4 milliards d'euros l'enveloppe prévue initialement."

"Il y a eu un besoin supplémentaire, donc on a décidé d'en mettre deux de plus", a expliqué Philippe Wahl, président du directoire de la Banque postale, en marge des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

Cette offre de financement, qui ne s'adresse aujourd'hui qu'aux collectivités, sera progressivement étendue, dans le courant de l'année 2013, à l'ensemble des acteurs du secteur public local, a précisé la filiale de la Poste dans son communiqué.

BANQUE PUBLIQUE DES COLLECTIVITÉS LOCALES

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici et la ministre de la Réforme de l'Etat Marylise Lebranchu ont déclaré suivre "avec la plus grande attention l'évolution de la situation".

"Le gouvernement veillera (...) à ce que des solutions pérennes soient trouvées pour le financement des collectivités locales au-delà des éléments d'intervention exceptionnels déjà mis en place par l'Etat", écrivent-ils dans un communiqué, précisant que la Banque postale devrait compléter à terme sa gamme, en partenariat avec la Caisse des dépôts.

Interrogé cette fois sur l'apport de financements à moyen et long terme, Philippe Wahl a répondu: "Nous serons prêts avant la fin de l'année. Si votre question est novembre ou décembre, je ne peux pas vous dire, nous devons garder un peu de souplesse opérationnelle."   Suite...