Onze offres de reprise pour Doux et un plan du PDG

vendredi 6 juillet 2012 18h47
 

par Pierre-Henri Allain

CHÂTEAULIN, Finistère (Reuters) - Onze offres de reprise du groupe agroalimentaire français Doux, en redressement judiciaire depuis le 1er juin, ont été remises vendredi aux délégués du personnel lors d'un comité central d'entreprise (CCE) à Châteaulin, siège du groupe.

Lors de ce CCE, Charles Doux, PDG du groupe volailler du même nom, a pour sa part annoncé qu'il allait proposer dans les prochains jours un plan de continuation de son entreprise, a-t-on appris de source syndicale.

Ni les offres de reprise ni ce plan n'ont convaincu les syndicats, qui redoutent un démantèlement et la fermeture de plusieurs sites du premier groupe volailler français.

Parmi les onze offres, plusieurs sociétés des filières avicoles et agroalimentaires françaises se proposent de reprendre l'un où l'autre des sites du volailler, qui emploie 3.400 personnes en France, dans la production de poulets frais, de poulets congelés destinés à l'exportation et de produits élaborés sous la marque Père Dodu.

La coopérative Terrena offrirait de reprendre les sites de Sérent et de Vannes, dans le Morbihan, ainsi que l'usine Père Dodu, basée à Quimper (Finistère), pour 24,7 millions d'euros, a dit à Reuters Yannick Guéhenno, délégué Force ouvrière.

La Financière Turenne-La-Fayette, qui exploite notamment la marque William Saurin, propose aussi de reprendre Père Dodu et le site de Vannes pour 25 millions d'euros, précise-t-on de même source, sous réserve d'analyse ultérieure des dossiers.

Le groupe Tilly-Sabco a fait une offre pour le site de Châteaulin, spécialisé dans l'abattage et la découpe de poulets, qui emploie plus de 500 personnes en contrat à durée indéterminée, ainsi que le site de Chantonnay, en Vendée, pour 6,5 millions d'euros, ont déclaré plusieurs délégués.

Cette somme a été jugée "dérisoire" et "inacceptable" par les syndicats.   Suite...

 
<p>Onze offres de reprise du groupe agroalimentaire fran&ccedil;ais en redressement judiciaire Doux ont &eacute;t&eacute; remises vendredi aux d&eacute;l&eacute;gu&eacute;s du personnel lors d'un comit&eacute; central d'entreprise (CCE) &agrave; Ch&acirc;teaulin, si&egrave;ge du groupe. Charles Doux, PDG du groupe volailler, a quant &agrave; lui annonc&eacute; lors de cette r&eacute;union qu'il allait proposer dans les prochains jours un plan de continuation de son entreprise. /Photo prise le 5 juillet 2012/REUTERS/Jacky Naegelen</p>