July 6, 2012 / 4:40 PM / in 5 years

L'AMF et l'ACP publient une liste de sites de trading à éviter

3 MINUTES DE LECTURE

<p>L'Autorit&eacute; des March&eacute;s Financiers (AMF) et l'Autorit&eacute; de Contr&ocirc;le Prudentiel (ACP) ont publi&eacute; vendredi conjointement une liste de sites internet de trading sur le Forex &agrave; &eacute;viter. Ces sites n'ont pas d'agr&eacute;ment public ou ne remplissent pas les crit&egrave;res l&eacute;gaux pour op&eacute;rer en France. /Photo d'archives/Beno&icirc;t Tessier</p>

PARIS (Reuters) - L'Autorité des Marchés Financiers (AMF) et l'Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP) ont publié vendredi conjointement une liste actualisée des sites internet de trading sur le Forex à éviter.

Certains de ces sites, qui proposent à des particuliers d'investir directement sur le marché international des devises, avaient déjà été épinglés par les deux autorités de régulation, dans des listes publiées les 7 juillet et 20 septembre 2011, ainsi que le 22 mai 2012. La mise en garde se fonde sur l'absence d'agrément public de ces sites, qui ne remplissent pas les critères légaux pour opérer en France.

Depuis l'entrée en vigueur dans l'Hexagone en 2007 de la directive européenne "marchés d'instruments financiers" (MiFID, 21 avril 2004), de nombreux produits financiers sont désormais accessibles aux particuliers, et les pouvoirs publics mettent régulièrement les internautes en garde contre certaines offres non autorisées.

Adossées à des sociétés basées à l'étranger, celles-ci sont généralement peu regardantes sur les connaissances financières et les ressources économiques de leurs clients. Les risques liés à l'effet de levier, qui peut faire perdre aux investisseurs néophytes bien plus que leur mise initiale sont très souvent occultés.

Les plates-formes autorisées sont pour leur part astreintes à vérifier les compétences en analyse financière de leurs clients, et le niveau de leurs revenus avant qu'ils ne puissent investir sur internet.

Le marché des monnaies n'est pas le seul ouvert au grand public. De nombreux produits dérivés, tels que les options binaires, ou les CFD (contrats pour la différence) qui suivent les variations de tous types de sous-jacents, notamment des actions, sont également accessibles. Dans ce cas encore, l'AMF doit faire face à des offres non agréées et très souvent abusives avec pour seul levier d'action des mises en garde au public.

Francois Charlottin, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below