France Télécom poursuivie pour les suicides de salariés

vendredi 6 juillet 2012 19h35
 

par Thierry Lévêque

PARIS (Reuters) - La société France Télécom a été mise en examen vendredi pour "harcèlement moral", après trois de ses ex-dirigeants, dans l'enquête sur une vague de suicides de salariés en 2008 et 2009.

L'affaire pourrait conduire pour la première fois à un procès visant non pas des comportements individuels mais une politique de gestion du personnel et un plan de restructuration.

France Télécom, qui est aussi mise en examen pour "entrave au fonctionnement du comité d'entreprise et du comité d'hygiène et de sécurité", a été contrainte au paiement d'une caution de 150.000 euros, a dit une source judiciaire.

Son représentant légal, Pierre Louette, a été entendu toute l'après-midi par des juges d'instruction. Il n'a fait aucun commentaire à sa sortie et a évité les journalistes.

Dans un communiqué, la société conteste "avoir mis en place une politique délibérée visant à provoquer de la souffrance au travail pour créer des conditions de départ".

Le groupe reconnaît cependant que "l'action de l'entreprise ait pu être mal perçue, ce qui a induit un trouble collectif".

"Il est tout à fait possible que ce trouble ait pu, sur des collaborateurs (qui pouvaient avoir par ailleurs des fragilités ou des difficultés) contribuer à une souffrance au travail", écrit la direction de France Télécom.

Selon elle, ce problème n'est pas propre à cette entreprise en particulier mais relève d'un "phénomène de société", qui concernerait le secteur privé comme le public.   Suite...

 
<p>La soci&eacute;t&eacute; France T&eacute;l&eacute;com a &eacute;t&eacute; mise en examen vendredi pour "harc&egrave;lement moral" dans l'enqu&ecirc;te sur une vague de suicides de salari&eacute;s, selon une source judiciaire. /Photo d'archives/REUTERS/R&eacute;gis Duvignau</p>