Les Bourses européennes finissent dans le rouge

jeudi 5 juillet 2012 18h25
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi et l'euro reculait nettement face au dollar, alors que les actions des banques centrales ont poussé les investisseurs à prendre leurs bénéfices et que des statistiques américaines encourageantes sur l'emploi ont éloigné les espoirs de nouvelles mesures de soutien de la part de la Réserve fédérale américaine (Fed).

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 1,17% à 3.229,36 points. Le Dax allemand a reculé de 0,45% tandis que le Footsie britannique faisait figure d'exception en progressant de 0,14%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a cédé 0,09%.

De leur côté, l'Ibex 35 à Madrid et le Footsie MIB à Milan ont reculé respectivement de 2,99% et de 2,03%.

Les investisseurs se sont aussi inquiétés pour les perspectives économiques après les propos du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi. Sa conférence de presse a été "un rappel brutal que la situation économique n'est pas brillante", a dit un trader basé à Londres.

Les investisseurs étaient aussi déçus par l'absence de référence à un nouveau programme d'assouplissement quantitatif de la BCE pour soutenir l'économie. La banque centrale a certes réduit ses taux d'intérêt à des plus bas historiques, mais cette décision avait été largement anticipée par le marché.

L'annonce surprise d'une baisse de taux de la banque centrale chinoise et la reprise du programme de rachats d'actifs par la Banque d'Angleterre ont aussi alimenté les craintes sur la croissance mondiale.

"Les banques centrales ont agi comme on l'attendait. Je qualifierai les annonces comme positives, mais le marché a aussi enregistré des prises de bénéfices logiques après une très forte hausse ces derniers jours", a fait valoir par ailleurs Philippe Gijsels, directeur de la rechercher chez BNP Paribas Fortis Global Markets.

Dans ce contexte morose, la publication d'un indicateur ISM des services aux Etats-Unis inférieur aux attentes n'a pas aidé à rassurer les opérateurs de marché. Et les bonnes nouvelles sur le front de l'emploi américain (indicateur ADP et inscriptions hebdomadaires), de bon augure avant la publication du rapport mensuel sur l'emploi vendredi, n'ont pas été accueillies avec enthousiasme car elles éloignent la perspective d'un nouveau programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la part de la Fed.

Les banques ont mené la baisse en Europe (-1,21%), ce qui explique notamment le repli plus prononcé du CAC 40 par rapport à ses homologues allemands et britanniques, l'indice français étant plus fortement pondéré en valeurs bancaires. BBVA a chuté de 4,81% et Crédit Agricole a reculé de 3,09%.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES BOURSES EUROP&Eacute;ENNES</p>