Le déficit du régime général de la Sécu attendu à 14,7 milliards

jeudi 5 juillet 2012 17h20
 

PARIS (Reuters) - Le déficit du régime général de la sécurité sociale devrait atteindre 14,7 milliards d'euros cette année contre 17,4 milliards en 2011, ont annoncé jeudi la ministre des Affaires sociales et de la Santé et le ministre délégué au Budget.

Sans le projet de loi de finances rectificative présenté mercredi, ce déficit aurait atteint 15,5 milliards à la fin de l'année, contre 13,8 milliards prévu dans la loi de financement de la sécurité sociale.

La dégradation de 1,7 milliard d'euros par rapport à cette prévision "est principalement imputable à la révision des hypothèses macroéconomiques", notamment la masse salariale, lit-on dans une synthèse diffusée à l'issue d'une réunion de la Commission des comptes de la sécurité sociale (CCSS).

Le déficit du Fonds de solidarité vieillesse devrait atteindre 4,4 milliards d'euros contre 3,5 milliards l'an dernier et 4,1 prévu en loi de financement, selon la CCSS.

Marisol Touraine et Jérôme Cahuzac ont souligné lors d'un point de presse que le projet de budget rectificatif présenté mercredi apporterait 1,5 milliard d'euros de ressources nouvelles cette année et 5 milliards en 2013, en faisant contribuer davantage les revenus du capital et en réduisant les "niches" sociales.

"Grâce aux mesures complémentaires de redressement prévues dans le projet de loi de finances rectificative, le solde du régime général passerait pour la première fois depuis trois ans sous la barre des 15 milliards d'euros, à 14,7 milliards d'euros", lit-on dans un communiqué distribué lors du point de presse.

Selon la CCSS, le déficit de la branche maladie atteindrait - sans tenir compte des mesures annoncées par le nouveau gouvernement - 6,8 milliards d'euros fin 2012, celui de la branche vieillesse 5,8 milliards, celui de la branche familles 2,7 milliards et celui de la branche accidents du travail 100 millions d'euros.

Le projet de budget rectificatif pour 2012 est le premier d'une longue série de textes qui augmenteront les impôts et freineront les dépenses pour rétablir l'équilibre des comptes publics fin 2017.

Si cet objectif est atteint, ce serait une première pour un gouvernement français depuis 1974.

Le texte vise à atteindre l'objectif de réduction du déficit public de la France à 4,5% du PIB fin 2012 malgré le ralentissement de la croissance.

Jean-Baptiste Vey, édité par Patrick Vignal