Le Medef veut mettre la compétitivité au coeur du sommet social

mardi 3 juillet 2012 21h31
 

par Emmanuel Jarry et Leigh Thomas

PARIS (Reuters) - Le Medef, principale organisation patronale française, fera de la compétitivité des entreprises l'enjeu principal de la "Grande conférence sociale" des 9 et 10 juillet, a déclaré mardi sa présidente, Laurence Parisot, dans une interview à Reuters.

Ce premier grand rendez-vous social du quinquennat sera inauguré par le président François Hollande et portera sur l'emploi, la formation, les rémunérations, le redressement de l'appareil productif, l'égalité hommes-femmes, les retraites, le financement de la protection sociale et la fonction publique (voir et ).

"Nous avons eu plus de 60 réunions avec des membres du gouvernement, des conseillers des ministres et les organisations syndicales pour préparer la conférence sociale. Et nous avons dit très clairement que la question de la compétitivité était à nos yeux la question numéro un", déclare Laurence Parisot.

Le Medef entend traiter sous cet angle les questions de financement de la protection sociale et de réforme du marché du travail et remettre sur la table des propositions écartées par le gouvernement.

L'organisation patronale propose ainsi de baisser simultanément les charges sociales payées par les salariés et les employeurs, pour réduire le coût du travail, et de compenser cette baisse par une augmentation de la TVA et de la contribution sociale généralisée (CSG).

"Nous proposons un transfert de cinq points de cotisations, ce qui fait 30 milliards d'euros : 3,5 points du côté employeur et un point et demi côté salarié", explique Laurence Parisot.

"On le compenserait par 22,8 milliards d'euros du côté de la TVA et 0,75 point de taux de CSG en plus, soit 8,3 milliards."

RUPTURE CONVENTIONNELLE COLLECTIVE   Suite...

 
<p>Laurence Parisot, pr&eacute;sidente du Medef, a d&eacute;clar&eacute; que la principale organisation patronale fran&ccedil;aise, ferait de la comp&eacute;titivit&eacute; des entreprises l'enjeu principal de la "Grande conf&eacute;rence sociale" des 9 et 10 juillet. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>