EdRAM juge limité le potentiel de hausse des actions

mardi 3 juillet 2012 08h36
 

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - Le potentiel de hausse des marchés actions européens reste assez limité dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale, de crise en zone euro et de pression sur les marges des sociétés, a estimé dans un entretien à Reuters un dirigeant d'Edmond de Rothschild Asset Management (EdRAM).

Le mois dernier, gérants et analystes interrogés par Reuters, avaient dit anticiper une hausse de 9% d'ici fin 2012 de l'indice Euro Stoxx 50, qui regroupe les principales valeurs de la zone euro, soutenu par les attentes en faveur de nouvelles mesures de soutien à la croissance et de sortie de crise de la dette.

"Dans le contexte actuel, il y a peu d'espoirs de voir le marché remonter significativement et durablement. Un certain nombre de mauvaises nouvelles sont encore devant nous", a prévenu Philippe Lecoq, directeur adjoint et co-responsable de la gestion actions européennes chez EdRAM, évoquant de possibles défauts à venir de la part de grandes entreprises espagnoles.

Le gérant conseille d'ailleurs de comparer les valorisations actuelles des actions européennes - 10,2 fois les bénéfices attendus (PER) pour l'EuroStoxx 50 cette année - à celles des années 1970-1980 plutôt qu'aux deux dernières décennies.

"Il faut oublier les 25 dernières années, où la croissance a été alimentée par de la dette. Il est plus pertinent aujourd'hui de regarder les valorisations des marchés correspondant aux années 1970-1980 (...) Il n'y a pas de places pour une expansion des multiples", a-t-il relevé.

UNE PRIME MÉRITÉE

Selon Philippe Lecoq, l'environnement de marché reste favorable aux valeurs exposées à la croissance des pays émergents, le marché intégrant déjà une pression sur les marges des entreprises ainsi qu'une croissance économique faible, voire nulle pour longtemps en Europe.

Les secteurs de l'agroalimentaire, du luxe et des cosmétiques, où de nombreuses entreprises européennes occupent une position de leaders au niveau mondial, intéressent EdRAM malgré les valorisations élevées de certains titres comme LVMH, qui se négocie 19,25 fois ses bénéfices 2012.   Suite...

 
<p>Le potentiel de hausse des march&eacute;s actions europ&eacute;ens reste assez limit&eacute; dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale, de crise en zone euro et de pression sur les marges des soci&eacute;t&eacute;s, a estim&eacute; dans un entretien &agrave; Reuters Philippe Lecoq, un dirigeant d'Edmond de Rothschild Asset Management (EdRAM). /Photo d'archives/REUTERS/Chaiwat Subprasom</p>