Jean-Marc Ayrault peaufine son "grand oral" de la rigueur

lundi 2 juillet 2012 16h42
 

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Confronté au défi de trouver rapidement des dizaines de milliards d'euros pour tenir les objectifs de réduction du déficit, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault fera mardi la pédagogie de la rigueur dans son discours de politique générale.

L'enjeu est de convaincre les Français que les hausses d'impôts et le rabotage des dépenses se feront selon la règle énoncée durant la campagne, c'est-à-dire en épargnant les plus pauvres, que ces mesures ne casseront pas l'activité économique et que la lumière est au bout du chemin de la rigueur.

"Les classes populaires et les classes moyennes seront préservées. Parallèlement, la dépense sera maîtrisée", rappellent les services du Premier ministre dans un communiqué publié lundi matin.

Les premières décisions seront dévoilées noir sur blanc mercredi avec la présentation du projet de budget rectificatif pour 2012 en conseil des ministres, qui cherchera 7 à 8 milliards d'euros de recettes supplémentaires d'ici fin 2012.

La Cour des comptes a donné le ton lundi en identifiant un manque de 6 à 10 milliards d'euros sur les recettes pour réduire le déficit public à 4,4% cette année comme le prévoyait le programme de stabilité du précédent gouvernement.

L'institution estime que l'ajustement budgétaire nécessaire pour réduire le déficit public à 3% du PIB fin 2013 est d'une telle ampleur qu'une hausse de la TVA ou de la CSG pourrait être envisagée, une éventualité écartée par le gouvernement pour 2012, au moins en ce qui concerne la TVA.

"Le projet de loi de finances rectificative ne prévoit pas de hausse de TVA, au contraire nous revenons sur la hausse de la TVA prévue par le gouvernement précédent, c'est-à-dire que nous rendons 11 milliards d'euros que ce projet prévoyait de prendre dans la poche des consommateurs", a dit Jérôme Cahuzac après une rencontre avec le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Pressé de dire s'il pouvait exclure un relèvement de la TVA en 2013, le ministre du Budget a dit : "A priori cela n'était pas, si j'ai bonne mémoire, dans le programme du candidat François Hollande."   Suite...

 
<p>Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, confront&eacute; au d&eacute;fi de trouver rapidement des dizaines de milliards d'euros pour tenir les objectifs de r&eacute;duction du d&eacute;ficit, fera mardi la p&eacute;dagogie de la rigueur dans son discours de politique g&eacute;n&eacute;rale. /Photo prise le 30 mai 2012/REUTERS/Philippe Wojazer</p>