L'Eurogroupe détaille les plans d'aide à l'Espagne et Chypre

mercredi 27 juin 2012 23h04
 

BRUXELLES/BERLIN (Reuters) - Les ministres des Finances de la zone euro ont accepté mercredi la demande d'aide de l'Espagne et dit qu'elle solliciterait sans doute entre 51 et 62 milliards d'euros pour renflouer ses banques, ainsi qu'une "marge de sécurité" supplémentaire.

L'Eurogroupe précise dans un communiqué que dès que le montant exact sera établi, l'aide sera versée par le Fonds européen de stabilité financière (FESF) avant que le Mécanisme européen de stabilité (MES) ne prenne le relais.

Ce montant devrait être largement dans la limite de 100 milliards d'euros que l'Eurogroupe s'est proposé de verser à l'Espagne, ajoute le texte.

De son côté, Jörg Asmussen, membre du directoire de la BCE, a dit à Reuters que la mission de l'Union européenne et de la Banque centrale européenne (BCE) en Espagne entamera ses travaux mercredi soir à Madrid, le but étant de présenter un protocole d'accord à l'Eurogroupe le 9 juillet.

"Le protocole d'accord comportera des conditions pour le secteur financier", a-t-il précisé, ajoutant que ce calendrier était "ambitieux, mais réalisable".

En fin de matinée, la Commission européenne a donné provisoirement son feu vert à l'aide publique espagnole à Bankia et demandé à Madrid de présenter un plan de restructuration pour la banque d'ici six mois.

La mise en branle du processus d'aide pour les banques espagnoles intervient la veille d'un nouveau sommet européen censé trouver des remèdes durables à la crise de la zone euro.

La somme débloquée pour le secteur financier espagnol sera affectée au fonds de restructuration des banques du gouvernement espagnol (FROB), mais Madrid "restera totalement responsable et signera le protocole d'accord", poursuit l'Eurogroupe.

LE FMI A RECU UNE DEMANDE D'AIDE DE CHYPRE   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker (&agrave; gauche) et le pr&eacute;sident du Conseil italien Mario Monti &agrave; Bruxelles. Les ministres des Finances de la zone euro ont accept&eacute; mercredi la demande d'aide de l'Espagne et dit qu'elle solliciterait sans doute entre 51 et 62 milliards d'euros pour renflouer ses banques. Ils ont &eacute;galement accept&eacute; la demande d'aide de Chypre, qui sera elle aussi vers&eacute;e par l'interm&eacute;diaire du FESF ou du MES d&egrave;s que son montant aura &eacute;t&eacute; &eacute;tabli. /Photo prise le 27 juin 2012/REUTERS/Fran&ccedil;ois Lenoir</p>