Angela Merkel intransigeante sur les euro-obligations

mercredi 27 juin 2012 16h49
 

par Noah Barkin et Stephen Brown

BERLIN (Reuters) - Angela Merkel a reproché mercredi à certains de ses partenaires européens de mettre la charrue avant les boeufs en préconisant la création d'euro-obligations pour lutter contre la crise de la dette dans la zone euro avant d'avoir adopté des mesures de contrôle budgétaire plus strictes.

Lors d'une intervention devant le Bundestag, la chancelière allemande a en revanche entrouvert pour la première fois la porte à l'utilisation des recettes d'une éventuelle taxe sur les transactions financières pour soutenir la croissance et la compétitivité des pays européens en difficulté.

A la veille du sommet européen, elle n'a toutefois fait aucune autre concession à ses partenaires qui plaident pour une mutualisation de la dette, critiquant au contraire avec virulence un rapport de responsables européens qui préconise cette solution pour sortir de la crise.

"Je crains que l'on ne parle trop au sommet de ces idées de responsabilité commune et pas assez de l'amélioration des systèmes de contrôle et des mesures structurelles", a déclaré Angela Merkel.

"Les euro-obligations, les euro-bons et le fonds de remboursement ne sont pas seulement anticonstitutionnels en Allemagne, ils sont aussi économiquement erronés et contre-productifs", a-t-elle insisté, répétant un argumentaire désormais bien rodé.

Mardi, la chancelière a déclaré lors d'une réunion à huis clos avec des parlementaires qu'elle ne s'attendait pas à voir une mutualisation de la dette "de son vivant".

Elle n'a pas été aussi loin dans son discours mercredi mais elle a redit que les membres de la zone euro devaient au préalable renoncer à leur souveraineté nationale en matière budgétaire.

"Il ne peut y avoir de responsabilité commune que s'il y a des instruments de contrôle. Je mettrai en avant le fait que ni le gouvernement fédéral allemand et les Länder, ni les Etats-Unis ou le Canada ne mutualisent totalement les obligations qu'ils émettent", a fait valoir Angela Merkel.   Suite...

 
<p>Angela Merkel a reproch&eacute; mercredi &agrave; certains de ses partenaires europ&eacute;ens de mettre la charrue avant les boeufs en pr&eacute;conisant la cr&eacute;ation d'euro-obligations pour lutter contre la crise de la dette dans la zone euro avant d'avoir adopt&eacute; des mesures de contr&ocirc;le budg&eacute;taire plus strictes. /Photo prise le 27 juin 2012/REUTERS/Thomas Peter</p>