Moody's épingle la vulnérabilité des banques françaises

vendredi 22 juin 2012 14h35
 

PARIS/NEW YORK (Reuters) - L'abaissement par Moody's des notes de quinze grandes banques mondiales a mis en exergue une vulnérabilité des banques françaises en raison notamment du poids de leurs activités de marché et de leur exposition aux pays en difficulté de la zone euro, principalement la Grèce et l'Italie.

BNP Paribas, Crédit agricole et Société générale, trois des quatre grands établissements français, ont vu leur note abaissée jeudi soir par l'agence de notation, de même que Morgan Stanley, JPMorgan Chase, Bank of America, Credit Suisse, UBS ou encore Deutsche Bank.

A l'issue d'une revue entamée en février, Moody's a ramené la note de BNP à A2 contre Aa3, soit un recul de deux crans, et celle de SocGen à A2 contre A1, soit un cran. La nouvelle note de ces deux banques est assortie d'une perspective stable.

Quant au Crédit agricole, très exposé à la Grèce du fait de sa filiale Emporiki, Moody's a abaissée sa note de deux crans, à A2 contre Aa3, mais la perspective est en revanche négative.

"La structure de financement et la position de liquidité des trois banques françaises nous semblent relativement faibles par rapport aux autres banques mondiales", a expliqué à Reuters Nick Hill, responsable de l'équipe institutions financières pour la France chez Moody's.

"Elles se refinancent sur les marchés plus que d'autres", a ajouté l'analyste de l'agence de notation.

Si le Crédit agricole et la Société générale ont refusé de commenter la décision de Moody's, BNP a en revanche publié un communiqué. Elle dit regretter que Moody's n'ait "pas suffisamment pris en compte des éléments importants" comme l'amélioration de sa solvabilité financière et de sa structure de financement depuis le lancement, l'an dernier, de son plan de réduction de bilan.

"PAS UNE SURPRISE"

A la Bourse de Paris, la réaction des investisseurs s'est révélée modérée. Après avoir ouvert sur des baisses de près de 2% dans les tout premiers échanges, les titres BNP, Crédit agricole et SocGen sont repartis à la hausse.   Suite...

 
<p>L'abaissement par Moody's des notes de quinze grandes banques mondiales -dont trois des quatre grands &eacute;tablissements fran&ccedil;ais: BNP Paribas, Cr&eacute;dit agricole et Soci&eacute;t&eacute; g&eacute;n&eacute;rale- a mis en exergue une vuln&eacute;rabilit&eacute; des banques fran&ccedil;aises en raison notamment du poids de leurs activit&eacute;s de march&eacute; et de leur exposition aux pays en difficult&eacute; de la zone euro, principalement la Gr&egrave;ce et l'Italie. /Photos d'archives/REUTERS/Jean-Paul P&eacute;lissier/Charles Platiau</p>