21 juin 2012 / 17:18 / dans 5 ans

L'offre d'America Movil sur KPN en bonne voie

<p>Le milliardaire mexicain Carlos Slim semblait bien plac&eacute; jeudi pour r&eacute;ussir &agrave; prendre une participation importante dans KPN alors que la chute du titre de l'op&eacute;rateur n&eacute;erlandais &agrave; la Bourse d'Amsterdam (-5,32% &agrave; 7,48 euros) le place en position de faiblesse avant l'expiration de l'OPA, le 27 juin. /Photos d'archives/REUTERS/Henry Romero/Paul Vreeker/United Photos</p>

par Sara Webb

AMSTERDAM (Reuters) - Le milliardaire mexicain Carlos Slim semblait bien placé jeudi pour réussir à prendre une participation importante dans KPN, l‘opérateur néerlandais ayant échoué à vendre sa filiale allemande E-Plus à l‘espagnol Telefonica.

KPN a de nouveau demandé jeudi à ses actionnaires de rejeter l‘OPA hostile d‘America Movil, estimant que le prix proposé ne le valorise pas assez.

Mais la chute de son action à la Bourse d‘Amsterdam, où elle a abandonné jeudi 5,32% à 7,48 euros, place l‘opérateur néerlandais en position de faiblesse avant l‘expiration de l‘OPA, le 27 juin.

“L‘issue la plus probable est désormais qu‘America Movil termine cette opération avec 15 à 30% des actions”, a estimé Stan Pearson, analyste chez Standard Life.

“KPN a fait tout ce qu‘il pouvait, mais avec le peu de temps dont il disposait, il n‘a pas réussi à trouver un moyen de faire monter l‘action au-dessus de 8 euros”, le prix auquel America Movil offre de racheter 27,7% de son capital.

Selon d‘autres investisseurs, qui se sont exprimés sous le sceau de l‘anonymat, Carlos Slim, propriétaire d‘America Movil, pourrait prolonger la durée de son offre s‘il ne parvenait pas à ses fins dans les délais, ou lancer une autre OPA plus tard.

L’échec inattendu de KPN à céder E-Plus, que certains analystes valorisaient entre huit milliards et 10 milliards d‘euros, a douché les espoirs des opérateurs sur les marchés.

PEU D‘OPTIONS

L‘espagnol Telefonica était jusqu‘alors perçu comme un possible “chevalier blanc” pour E-Plus, malgré ses difficultés de financement et son endettement important.

“Nous avions décidé de ne pas répondre à l‘offre, mais nous devons maintenant revoir notre position”, a indiqué le gérant d‘un fonds d‘investissements.

“S‘ils (KPN) n‘arrivent pas à vendre leurs filiales, comment peuvent-ils relancer leur activité? Leur stratégie de dividende est manifestement intenable, mais s‘ils réduisent les dividendes, ils perdent toute attractivité”, a-t-il souligné.

KPN, qui affiche une capitalisation boursière de plus de 11 milliards d‘euros, a assuré que d‘autres groupes avaient reconnu la “valeur significative” de sa filiale allemande alors que le marché local est amené à se consolider.

Mais dans un délai si court, l‘opérateur néerlandais semble avoir peu d‘options pour se défendre face à l‘offensive de Carlos Slim.

Le groupe a cependant dit que le processus de vente de sa filiale mobile belge BASE serait lancé en juillet.

Mercredi, le milliardaire mexicain a annoncé s’être une nouvelle fois renforcé dans KPN, portant sa participation à 8,7%.

America Movil est déjà très implanté en Amérique Latine mais entend faire ses premiers pas en Europe avec KPN. Le groupe a aussi pris une participation de 21% dans Telekom Austria pour 1,1 milliard de dollars.

Blandine Hénault et Tangi Salaün pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below