June 20, 2012 / 5:29 PM / 5 years ago

La Fed poursuit son programme de soutien à l'économie

4 MINUTES DE LECTURE

<p>La R&eacute;serve f&eacute;d&eacute;rale am&eacute;ricaine a annonc&eacute; mercredi la poursuite de son programme visant &agrave; &eacute;tendre la maturit&eacute; moyenne de ses avoirs jusqu'&agrave; la fin de l'ann&eacute;e, se traduisant par le rachat de titres d'&eacute;ch&eacute;ances de 6 &agrave; 30 ans au rythme actuel mais n'a pas clairement &eacute;voqu&eacute; de nouveaux programmes de rachat d'actifs. /Photo prise le 19 juin 2012/Yuri Gripas</p>

WASHINGTON (Reuters) - La Réserve fédérale américaine a annoncé mercredi la poursuite de son programme visant à étendre la maturité moyenne de ses avoirs jusqu'à la fin de l'année, se traduisant par le rachat de titres d'échéances de 6 à 30 ans au rythme actuel.

Elle n'a toutefois pas évoqué clairement de nouveaux programmes de rachat d'actifs, comme beaucoup l'espéraient.

Comme attendu, elle n'a pas touché à ses taux d'intérêt, maintenant l'objectif des Fed Funds entre 0 et 0,25% et promettant de les maintenir à un niveau extrêmement bas au moins jusqu'à fin 2014.

Exprimant ses inquiétudes à l'égard de la santé des marchés financiers mondiaux, qui pâtissent selon elle de la situation en zone euro, la Fed a dit que la poursuite du programme Twist devrait exercer une pression baissière sur les taux d'intérêt les plus longs et rendre les conditions de financement dans l'ensemble plus accommodantes.

La croissance économique restera modérée puis accélèrera "très progressivement", a-t-elle encore prévenu.

L'accueil des investisseurs est resté assez tiède, les indices boursiers américains creusant leurs pertes immédiatement après la publication du communiqué de la Réserve fédérale avant de regagner du terrain, et de revenir dans le vert sans toutefois afficher des hausses spectaculaires.

"Ce n'est pas aussi favorable à la croissance qu'attendu. La poursuite de l'Opération Twist jusqu'à la fin de l'année était attendue. Au delà de ça, ils n'ont pas donné de signe montrant qu'ils étaient prêts à des rachats d'actifs, c'est à dire à mettre en oeuvre un nouveau QE3", a commenté Omer Esiner de Commonwealth Foreign Exchange.

L'économie américaine montre de plus en plus de signes de ralentissement, alors que la croissance des économies émergentes baisse d'un ton et que l'Europe reste engluée dans la crise de la dette souveraine.

Le Fed a d'ailleurs exprimé ses craintes vis-à-vis de l'évolution de la consommation, pilier de l'économie du pays.

Le marché américain du travail a créé nettement moins d'emplois que prévu au mois de mai et le taux de chômage est reparti à la hausse, a annoncé début juin le département du Travail.

L'économie américaine n'a créé que 69.000 emplois non agricoles le mois dernier et le taux de chômage a progressé à 8,2%, le niveau qui était le sien au mois de mars.

Fin mai, le département du Commerce annonçait déjà que le Produit intérieur brut et le marché du travail américains donnaient des signes d'essoufflement.

Le PIB a progressé de 1,9% en rythme annualisé sur la période janvier-mars, après +3,0% sur octobre-décembre et 2,2% en première estimation, selon les chiffres du département du Commerce.

Mark Felsenthal; Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below