Le G20 enjoint l'Europe à résoudre la crise de la dette

lundi 18 juin 2012 23h00
 

par Luke Baker et Krista Hughes

LOS CABOS, Mexique (Reuters) - L'hypothèque électorale grecque à peine levée, les dirigeants européens sont sous pression pour s'engager à prendre "toutes les mesures nécessaires" pour mettre fin à l'interminable crise de la dette, lors d'un sommet du G20 placé sous le signe de l'emploi et de la croissance.

Au lendemain de la victoire des partis favorables aux mesures d'austérité en Grèce, qui éloigne temporairement le spectre d'un éclatement de la zone euro, le groupe des vingt pays les plus industrialisés et des puissances émergentes (G20) a entamé lundi une réunion de deux jours à Los Cabos, cité balnéaire de Basse-Californie, au Mexique.

Selon le projet de communiqué final lu à Reuters par une source du G20, les pays de la zone euro sont invités à s'engager à "prendre toutes les mesures politiques nécessaires pour préserver l'intégrité et la stabilité de la zone euro, y compris en matière de fonctionnement des marchés financiers et en brisant la boucle qui lie les Etats souverains et les banques".

Selon plusieurs sources, le projet d'union bancaire figure dans le communiqué.

"La déclaration finale mentionne les travaux qui sont faits vers l'union bancaire", a déclaré une source française.

Les dirigeants européens, qui doivent rencontrer à sa demande lundi soir le président américain Barack Obama, ont nié être responsables de la baisse de croissance dans le monde et repoussé toute idée de remède miracle pour la zone euro.

"Franchement, nous ne sommes pas venus ici pour recevoir des leçons en termes de démocratie ou sur la façon de conduire nos économies", a déclaré à la presse José Manuel Barroso.

Pour le président de la Commission européenne, "si nos partenaires veulent aider la croissance au niveau global, ce serait important qu'ils montrent leur appui et même leur admiration pour les efforts de la zone euro, pour les pas que nous avons faits et pour ceux que nous allons faire très vite".   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident du Conseil europ&eacute;en Herman Van Rompuy aux c&ocirc;t&eacute;s du pr&eacute;sident de la Commission europ&eacute;enne Jose Manuel Barroso, &agrave; Los Cabos, &agrave; l'occasion de la r&eacute;union du G20 au Mexique. Selon le projet de communiqu&eacute; final lu &agrave; Reuters par une source du G20, les membres de la zone euro sont invit&eacute;s &agrave; s'engager &agrave; "prendre toutes les mesures politiques n&eacute;cessaires pour pr&eacute;server l'int&eacute;grit&eacute; et la stabilit&eacute; de la zone euro, y compris en mati&egrave;re de fonctionnement des march&eacute;s financiers et en brisant la boucle qui lie les Etats souverains et les banques". /Photo prise le 18 juin 2012/REUTERS/Henry Romero</p>