François Hollande, sommé de sortir du flou, entre dans le dur

lundi 18 juin 2012 15h00
 

par Emmanuel Jarry et Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Désormais nanti d'une majorité parlementaire confortable, François Hollande est sommé de sortir du flou qui lui a jusqu'à présent réussi et entre, sur la scène européenne, dans le dur des négociations sur la consolidation de la zone euro.

La première urgence, dit-on dans l'entourage du président français, au lendemain de la victoire du Parti socialiste aux élections législatives, est de réussir le Conseil européen des 28 et 29 juin -un sommet "décisif" de plus pour l'avenir d'une zone euro dont le sort inquiète jusqu'à Washington et Pékin.

Il devait en être question au sommet du G20, lundi et mardi à Los Cabos, au Mexique, premier d'une rafale de rendez-vous internationaux pour François Hollande, qui retrouvera vendredi à Rome ses partenaires allemand, italien et espagnol.

Au coeur des discussions: comment guérir les pays de la zone euro de leur endettement excessif sans tuer le patient.

Pour le président français, pas d'issue sans relance de la croissance, à laquelle il propose de consacrer 120 milliards d'euros, selon son projet de "pacte".

Les mesures qu'il propose -mobilisation des fonds structurels européens non utilisés, dotation de la Banque européenne d'investissement, "project bonds" pour financer des grands chantiers- font déjà consensus depuis des mois.

En revanche, Angela Merkel, arc-boutée sur la puissance économique allemande, reste opposée à une mutualisation des dettes des pays de la zone euro par le biais d'obligations européennes, dont François Hollande souhaite la création.

Il a cependant fait un pas vers la chancelière allemande en proposant que ces "eurobonds" soient un objectif à moyen terme.   Suite...

 
<p>D&eacute;sormais nanti d'une majorit&eacute; parlementaire confortable, Fran&ccedil;ois Hollande va devoir pr&eacute;ciser les moyens qu'il entend mettre en oeuvre pour r&eacute;sorber le d&eacute;ficit de la France et entrer dans le dur des n&eacute;gociations sur la consolidation de la zone euro. /Photo prise le 9 juin 2012/REUTERS/Bertrand Langlois/Pool</p>