Le G20 enjoindra l'Europe à résoudre son interminable crise

lundi 18 juin 2012 10h38
 

par Stella Dawson

LOS CABOS, Mexique (Reuters) - Les dirigeants des grandes puissances économiques mondiales, soulagés par l'émergence d'une majorité en faveur de l'échange austérité contre plan d'aide international en Grèce, ne cesseront, lors du G20 de lundi et mardi, de mettre l'Europe sous pression pour qu'elle résolve la crise de la dette.

Le groupe des vingt pays les plus industrialisés et des puissances émergentes (G20), qui représente plus de 80% de la production mondiale, entame une réunion de deux jours à Los Cabos, au Mexique, avec à la clef un plan d'action pour la croissance et l'emploi destiné à stimuler une croissance mondiale en perte de vitesse.

La Syrie, en proie à une nouvelle escalade de la violence, sera également au centre de l'attention des dirigeants du G20 lorsque le président américain Barack Obama rencontrera ce lundi le président russe Vladimir Poutine en marge du sommet.

Washington reproche à Moscou de continuer à armer le gouvernement syrien tandis que la Russie, avec la Chine, freinent toute action contre le régime de Bachar al Assad.

Ceci étant dit, la crise de la dette de la zone euro sera au coeur des débats lors de la première session du G20, consacrée à l'économie mondiale.

Sans surprise, les marchés financiers réservent ce lundi un bon accueil au résultat du scrutin législatif grec, les partis grecs - Nouvelle Démocratie et Pasok - favorables aux mesures d'austérité en échange d'une aide étrangère ayant obtenu une majorité parlementaire.

Ceci éloigne pour l'instant la perspective d'un éclatement de la zone euro, mais, comme cela a déjà été constaté à maintes reprises dans une crise de la dette qui dure depuis plus de deux ans, le répit pourrait n'être que de courte durée.

LES YEUX TOURNÉS VERS L'ALLEMAGNE   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident mexicain Felipe Calderon lors de l'inauguration de la r&eacute;union du G20 pr&eacute;vue lundi et mardi &agrave; Los Cabos, au Mexique. Les dirigeants des grandes puissances &eacute;conomiques mondiales, soulag&eacute;s par le r&eacute;sultat des &eacute;lections en Gr&egrave;ce, vont y mettre pendant deux jours l'Europe sous pression pour qu'elle r&eacute;solve la crise de la dette, qui dure depuis plus de deux ans. /Photo prise le 16 juin 2012/REUTERS</p>