L'OCDE juge probable une renégociation des termes du plan grec

dimanche 17 juin 2012 11h10
 

LOS CABOS, Mexique (Reuters) - Il pourrait être nécessaire de renégocier les termes du plan d'aide à la Grèce si cela permet de la maintenir dans la zone euro, a déclaré samedi Angel Gurria, secrétaire général de l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE).

Alors que les Grecs sont de retour aux urnes ce dimanche, Angel Gurria juge probable que le futur gouvernement choisira de rester dans la zone euro mais demandera sans doute de revoir les conditions fixées par l'Union européenne et le FMI en échange d'une aide de 130 milliards d'euros.

"C'est un scénario que je juge probable, et si telle est la condition présentée par la Grèce pour rester (dans la zone euro), je dirais que c'est probablement quelque chose qui devrait être tentée", a-t-il dit dans une interview avant l'ouverture du sommet du G20, lundi et mardi à Los Cabos, au Mexique.

Samedi, la chancelière allemande Angela Merkel, dont le pays est le principal contributeur des plans de sauvetage négociés en Europe pour faire face à la crise de la dette souveraine, a exclu toute renégociation des termes du "Mémorandum" signé avec Athènes.

Mais Angel Gurria souligne que tous les principaux dirigeants politiques grecs, y compris le chef de file de la Coalition de la gauche radicale (Syriza), ont exprimé leur volonté de maintenir leur pays dans l'Union économique et monétaire.

"Par conséquent, je n'écarte pas la possibilité d'un ajustement des termes pour donner plus de temps ou pour donner plus d'importance à l'un ou l'autre de ces termes", a-t-il dit.

Lesley Wroughton; Henri-Pierre André pour le service français

 
<p>Angel Gurria, secr&eacute;taire g&eacute;n&eacute;ral de l'Organisation pour la coop&eacute;ration et le d&eacute;veloppement &eacute;conomique (OCDE), estime qu'il pourrait &ecirc;tre n&eacute;cessaire de ren&eacute;gocier les termes du plan d'aide &agrave; la Gr&egrave;ce si cela permet de la maintenir dans la zone euro. "C'est un sc&eacute;nario que je juge probable, et si telle est la condition pr&eacute;sent&eacute;e par la Gr&egrave;ce pour rester (dans la zone euro), je dirais que c'est probablement quelque chose qui devrait &ecirc;tre tent&eacute;e." /Photo d'archives/REUTERS/Jo Yong-Hak</p>