Carrefour quitte la Grèce à deux jours d'un vote crucial

vendredi 15 juin 2012 12h57
 

par Dominique Vidalon et Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - A deux jours d'élections cruciales pour l'avenir de la Grèce, Carrefour a annoncé vendredi qu'il se retirait de ce pays, une opération qui coûtera 220 millions d'euros de charges au distributeur français mais le libérera de son exposition financière à la péninsule hellénique.

Alors que Carrefour est en pleine réorganisation, cette opération est l'une des premières prises de décision stratégique de son nouveau PDG Georges Plassat et est annoncée dans la foulée de l'acquisition de 129 magasins en Argentine pour renforcer sa position sur ce marché en forte croissance.

"C'est plutôt positif. La Grèce, c'est un boulet qu'ils allaient traîner. Ils ont assez de chantiers, il vaut mieux se concentrer sur sauver la France", a réagi un analyste qui a requis l'anonymat.

L'analyste de Citi Alastair Johnston juge de son côté que s'il est décevant de voir Carrefour renoncer à environ 3% de son chiffre d'affaires annuel, la décision est raisonnable "car tout espoir de redressement est invisible" en Grèce.

Le duel s'annonce serré entre la coalition de la gauche radicale Syriza et les conservateurs de Nouvelle Démocratie lors des législatives grecques de dimanche, qui pourraient décider du maintien ou non d'Athènes au sein de la zone euro.

La récession et la crise financière dans ce pays ont contraint certaines multinationales à réévaluer leur présence en Grèce, à l'instar du Crédit agricole plombé par sa filiale Emporiki.

Si elle reste symbolique, l'opération annoncée vendredi ne transformera pas fondamentalement Carrefour: malgré 807 points de vente en Grèce et à Chypre, les ventes dans la péninsule hellénique ne représentent que 2,7% des 91,5 milliards d'euros de ventes annuelles mondiales de Carrefour en 2011.

BON ACCUEIL DES MARCHÉS   Suite...

 
<p>Carrefour va c&eacute;der &agrave; Marinopoulos de sa participation dans leur filiale commune, le partenaire du groupe de distribution fran&ccedil;ais devenant son franchis&eacute; exclusif en Gr&egrave;ce, &agrave; Chypre, en Bulgarie et en Albanie et dans d'autres pays des Balkans. L'op&eacute;ration sera finalis&eacute;e dans les semaines &agrave; venir, sous r&eacute;serve de l'autorisation des autorit&eacute;s de la concurrence comp&eacute;tentes. /Photo d'archives/REUTERS/Yves Herman</p>