June 13, 2012 / 6:43 AM / 5 years ago

Les pertes de trading de JPMorgan, un incident isolé, dit Dimon

4 MINUTES DE LECTURE

<p>Les r&eacute;centes pertes de trading de JPMorgan Chase constituent un incident isol&eacute; et la banque devrait rester "solidement b&eacute;n&eacute;ficiaire" au deuxi&egrave;me trimestre, assurera mercredi son PDG Jamie Dimon devant le comit&eacute; bancaire du S&eacute;nat am&eacute;ricain. /Photo d'archives/Lucas Jackson</p>

WASHINGTON (Reuters) - Les récentes pertes de trading de JPMorgan Chase constituent un incident isolé et la banque devrait rester "solidement bénéficiaire" au deuxième trimestre, assurera mercredi son PDG Jamie Dimon devant le comité bancaire du Sénat américain.

D'après le discours qu'il a préparé à l'occasion de son audition, Jamie Dimon dira également à quel point la banque regrette ses pertes de trading, tout en soulignant qu'elles n'affecteront que les actionnaires et non les contribuables.

"On ne peut jamais dire qu'on ne fera pas d'erreurs - en réalité, on sait qu'on en fera - mais on pense qu'il s'agit là d'un événement isolé", dira Jamie Dimon, d'après ses déclarations rendues publiques mardi soir par la banque.

JPMorgan a reconnu le mois dernier avoir subi une perte de trading d'au moins deux milliards de dollars (1,6 milliard d'euros), conséquence d'une stratégie de couverture perdante.

Dans ses éléments de discours, Jamie Dimon ne fournit pas de nouvelle estimation aux pertes subies par la banque, mais il souligne les progrès réalisés en matière de réduction du risque lié à ces positions de trading.

"Notre bilan de forteresse reste intact", lit-on dans son discours. "Même s'il reste deux semaines à notre deuxième trimestre, nous s'attendons à ce que celui-ci soit solidement bénéficiaire".

D'après Jamie Dimon, les pertes surprises de la banque résultent d'erreurs de calcul et de contrôles défaillants liés à sa décision de réduire le nombre d'actifs risqués qu'elle détenait afin de se conformer aux nouvelles normes internationales prudentielles dites "Bâle III".

Le PDG a expliqué que JPMorgan aurait pu simplement réduire le montant de ces actifs risqués dans son bilan, mais que la direction des investissements - remaniée depuis la révélation des pertes - s'était engagée, à partir du mois de janvier, dans une "stratégie complexe" consistant à ajouter de nouvelles positions dans l'objectif de compenser les actifs existants.

"La stratégie n'a pas été soigneusement analysée ni soumise à des tests de résistance sévères (...) et n'a pas été passée en revue hors de la direction des investissements", précise Jamie Dimon, soulignant que la banque avait enregistré "de réels progrès" dans la gestion et la réduction du risque lié à ces positions de trading.

"Cela ne réduit certes pas les pertes déjà subies et n'écarte pas de futures pertes, mais cela réduit la probabilité et la magnitude de futures pertes", conclut-il.

Dave Clark et David Henry, Natalie Huet pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below