La Banque mondiale souligne les défis des pays émergents

mardi 12 juin 2012 20h55
 

WASHINGTON (Reuters) - Les pays en voie de développement doivent se préparer à une longue période de volatilité sur les marchés financiers et au ralentissement de la croissance à mesure que s'accentue la crise européenne de la dette, a prévenu mardi la Banque mondiale.

Dans son rapport sur les perspectives économiques mondiales, l'institution appelle ces pays à réduire leur dette à court terme et leurs déficits budgétaires et à opter pour une politique monétaire plus neutre afin de disposer d'une marge de manoeuvre en cas de coup dur.

"Les marchés financiers mondiaux et le sentiment des investisseurs devraient rester volatiles à moyen terme, compliquant les décisions de politique économique", a souligné Hans Timmer, chargé des perspectives de développement au sein de la Banque mondiale.

L'institution prévoit pour les pays en voie de développement une croissance ralentie à 5,3% cette année, après 6,1% l'an dernier. Elle rebondirait ensuite à 5,9% en 2013 et 6% en 2014.

La croissance de l'économie mondiale est attendue à 2,5% cette année (contre 2,7% en 2011), 3% en 2013 et 3,3% en 2014.

L'économie de la zone euro devrait de son côté se contracter de 0,3% cette année avant de renouer avec une croissance de 0,7% en 2013 et de 1,4% en 2014. La zone euro a bénéficié l'an dernier d'une croissance de 1,6%.

La Banque mondiale s'attend à ce que la croissance chinoise se tasse à 8,2% cette année (contre 9,2% en 2011) avant de remonter à 8,6% l'an prochain.

Les cessions d'actifs des banques d'Europe occidentale devraient peser sur la croissance en Europe de l'Est et en Europe centrale, celle-ci étant attendue à 3,3% cette année, contre 5,6% l'an dernier. La Banque mondiale prévoit toutefois une modeste reprise l'an prochain, avec 4,1% de croissance.

L'Amérique latine et la région caribéenne devraient quant à elles afficher une croissance ralentie à 3,5% cette année, contre 4,3% en 2011. La Banque mondiale prévoit même pour le Brésil une croissance de seulement 2,9% cette année puis de 4,2% la suivante.   Suite...

 
<p>Robert Zoellick, pr&eacute;sident de la Banque mondiale. Dans son rapport sur les perspectives &eacute;conomiques mondiales, l'organisme a pr&eacute;venu mardi que les pays en voie de d&eacute;veloppement devaient se pr&eacute;parer &agrave; une longue p&eacute;riode de volatilit&eacute; sur les march&eacute;s financiers et au ralentissement de la croissance &agrave; mesure que s'accentue la crise europ&eacute;enne de la dette. /Photo prise le 18 avril 2012/REUTERS/Yuri Gripas</p>