June 12, 2012 / 4:03 PM / 5 years ago

Renault favorable à de nouvelles aides au marché automobile

4 MINUTES DE LECTURE

<p>Renault est favorable &agrave; de nouvelles incitations publiques pour aider un march&eacute; automobile fran&ccedil;ais et europ&eacute;en en berne. /Photo prise le 15 mai 2012/Maxim Shemetov</p>

CERGY-PONTOISE (Val d'Oise) (Reuters) - Renault est favorable à de nouvelles incitations publiques pour aider un marché automobile français et européen en berne, a déclaré mardi le directeur général délégué du constructeur au losange.

"Ce que j'appellerais de mes voeux, c'est qu'on soutienne le marché français et le marché européen, soutenir un niveau minimum du marché européen, c'est une question qui va se poser", a déclaré Carlos Tavares à des journalistes lors d'une visite du centre logistique du groupe à Cergy-Pontoise (Val d'Oise).

"Toute sorte de mesure de soutien, dès l'instant qu'elle booste la demande, est bonne à prendre", a-t-il ajouté. "Que ce soit l'angle environnement ou l'angle renouvellement du parc, dans tous les cas on est parfaitement ouvert et favorable."

La plupart des grands pays automobiles ont instauré des primes à la casse pour sauver leurs constructeurs après la chute des ventes de la fin 2008 et du début 2009. En France, cette aide à disparu fin 2010.

"Je ne crois pas que les projets précédents aient suffisamment modernisé le parc roulant pour qu'il n'y ait plus de potentiel", a poursuivi Carlos Tavares. Prié de dire si Renault avait pris contact avec le nouveau gouvernement français en ce sens, il a répondu que c'était possible au niveau du PDG Carlos Ghosn.

Lors d'une petit-déjeuner organisé par le Wall Street à New York, Carlos Ghosn a déclaré de son côté que le groupe anticipait "trois à quatre années de plus de stagnation" dans l'automobile européenne.

Il a ajouté que Renault et Nissan se préparaient "au pire" en Europe, où les ventes d'automobiles accompagnent une conjoncture économique généralement morose.

Renault a annoncé par ailleurs mardi l'annulation de la grand messe prévue le mois prochain à Genève pour dévoiler la future Clio 4 à la presse internationale à cause d'un contexte économique "contraignant".

"Oui nous faisons des efforts d'économie, c'est bien normal dans une situation qui est comme nous le savons en Europe une situation difficile", a dit Carlos Tavares.

Dans une déclaration transmise par internet, un porte-parole de Renault a souligné que cette mesure d'économie ne remettait pas en cause la volonté du groupe de révéler la voiture à la presse, mais que l'évènement de juillet serait remplacé par la diffusion sur internet de photos et de vidéos du véhicule, ainsi que par l'organisation d'un chat avec les principaux acteurs du projet.

Les essais presse de la voiture dans la région de Florence en septembre sont eux maintenus.

La nouvelle Clio, très attendue sur un marché européen où les immatriculations de Renault ont chuté en avril de 15,1% selon les chiffres de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (Acea), doit être lancée officiellement au prochain salon de l'auto de Paris en octobre.

Avant Renault, le concurrent français PSA Peugeot Citroën a engagé lui aussi de nombreuses mesures d'économies, notamment en réduisant les déplacements à l'étranger et le nombre de séminaires, ou en annulant la participation de la marque Peugeot aux 24 heures du Mans, qui se disputeront ce week-end.

Laurence Frost, avec Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below