Après l'Espagne, l'Italie inquiète dans la zone euro

mardi 12 juin 2012 19h00
 

par Michael Shields

VIENNE (Reuters) - Les déclarations de la ministre autrichienne des Finances, Maria Fekter, sur la situation de l'Italie ont exacerbé les craintes des investisseurs de voir se poursuivre l'escalade de la crise dans la zone euro, moins de trois jours après l'accord sur le renflouement des banques espagnoles.

S'exprimant lundi soir à la télévision autrichienne, Maria Fekter, a dit ne pas exclure que Rome doive à son tour se résoudre à demander une aide financière de ses partenaires européens dans les prochains mois.

Ces propos, qu'elle a atténués mardi matin en disant ne "disposer d'aucune indication suggérant que l'Italie va faire une demande d'aide", ont provoqué l'ire de Mario Monti, président du Conseil italien, qui les a jugés "totalement inappropriés".

Signe de la défiance des intervenants sur le marché, les coûts d'emprunts de l'Italie, tout comme ceux de l'Espagne, ont nettement monté sur le marché obligataire, un mauvais signe avant l'adjudication de dette programmée jeudi par le Trésor italien.

Standard & Poor's a indiqué, mardi également, qu'à son avis la situation des banques italiennes n'était pas comparable à celles de leurs homologues espagnoles en raison de leur exposition moindre au secteur immobilier.

Le rendement du 10 ans a atteint 6,85%, dépassant le pic de novembre 2011 qui était de 6,8%, avant de se détendre à 6,74%, soit un gain de 21 points de base sur la séance.

Le rendement du 10 ans italien a pris 13 points de base à 6,17%, après une hausse de 29 pdb la séance précédente. A ce niveau, il se rapproche de la barre de 7% qui avait contraint l'Irlande et le Portugal à se tourner vers l'aide internationale.

Un sondage publié mardi par le quotidien Corriere della Sera montre que désormais 71% des Italiens ont peu ou très peu confiance en l'euro, une proportion qui n'était que de 55% fin mai.   Suite...

 
<p>La ministre autrichienne des Finances, Maria Fekter, dont les d&eacute;clarations lundi sur la situation de l'Italie ont exacerb&eacute; mardi les craintes des investisseurs de voir se poursuivre l'escalade de la crise dans la zone euro, moins de trois jours apr&egrave;s l'accord sur le renflouement des banques espagnoles. /Photo prise le 12 mars 2012/REUTERS/Heinz-Peter Bader</p>