L'Allemagne prête à agir pour la stabilité de la zone euro

jeudi 7 juin 2012 20h02
 

par Andreas Rinke

BERLIN (Reuters) - L'Allemagne est prête à utiliser tous les outils existants pour lutter contre la crise de la dette de la zone euro, a déclaré jeudi la chancelière Angela Merkel, alors que se précise l'hypothèse d'une demande d'aide de la part de l'Espagne pour renflouer ses banques.

"Il est important de souligner à nouveau que nous avons créé des mécanismes de soutien dans la zone euro et que l'Allemagne est prête à les utiliser dès que cela s'avère nécessaire", a dit Angela Merkel à Berlin lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre britannique David Cameron.

Angela Merkel se référait au Fonds européen de stabilité financière (FESF), le fonds de secours de l'union monétaire, qui gère 440 milliards d'euros, et au Mécanisme européen de stabilité (MES) qui doit lui succéder en juillet.

"Il s'agit d'une expression claire et nette de notre volonté politique de maintenir la stabilité de la zone euro, afin que cette dernière puisse apporter sa contribution à la croissance économique mondiale", a-t-elle ajouté.

De son côté, David Cameron a estimé qu'il était nécessaire d'agir rapidement dans un contexte d'incertitudes de marchés provoquées par la crise.

Selon un rapport du Fonds monétaire international, qui doit être publié lundi, les banques espagnoles ont besoin d'une injection de capital d'au moins 40 milliards d'euros.

ADJUDICATION RÉUSSIE

Dans son rapport, ont indiqué à Reuters des sources au sein du secteur financier, le FMI va souligner que le secteur bancaire a besoin au total de 90 milliards d'euros mais que les établissements en bonne santé sont capables de supporter eux-mêmes une partie de cette somme.   Suite...

 
<p>Angela Merkel &agrave; Berlin lors d'une conf&eacute;rence de presse conjointe avec le Premier ministre britannique David Cameron. L'Allemagne est pr&ecirc;te &agrave; utiliser tous les outils existants pour lutter contre la crise de la dette de la zone euro, a d&eacute;clar&eacute; jeudi la chanceli&egrave;re allemande, alors que se pr&eacute;cise l'hypoth&egrave;se d'une demande d'aide de la part de l'Espagne pour renflouer ses banques. /Photo prise le 7 juin 2012/REUTERS/Tobias Schwarz</p>