Le FMI évalue à 40 milliards les besoins des banques en Espagne

jeudi 7 juin 2012 19h49
 

par Jesús Aguado et Carlos Ruano

MADRID (Reuters) - Le rapport du Fonds monétaire international (FMI) sur les banques espagnoles montrera que ces dernières ont besoin d'une injection de capital d'au moins 40 milliards d'euros, ont dit jeudi à Reuters deux sources du secteur financier.

Ce rapport, qui doit être publié lundi, va souligner que le secteur bancaire a besoin au total de 90 milliards d'euros mais que les établissements en bonne santé sont capables de supporter eux-mêmes une partie de cette somme, a dit l'une des deux sources.

"Le manque en capital pour les banques espagnoles sera de l'ordre de 40 milliards d'euros après avoir pris en compte la capacité de certaines entités à couvrir les pertes attendues avec leurs propres ressources", a-t-elle ajouté.

Des sources gouvernementales n'ont pas souhaité commenter ce chiffre et l'une d'elles a assuré que le FMI n'avait pas encore terminé ses évaluations.

Le rapport du FMI et un audit indépendant mené par les consultants Oliver Wyman et Roland Berger permettront de déterminer l'ampleur d'un probable plan de soutien aux banques espagnoles, actuellement à l'étude à Madrid, Bruxelles et Berlin pour restaurer la confiance des marchés en l'Espagne et plus généralement dans la zone euro.

FITCH DÉGRADE À "BBB"

Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a répété jeudi que l'Espagne ne ferait pas appel à une aide internationale tant qu'elle ne connaîtra pas le montant exact dont elle a besoin pour recapitaliser ses banques.

Le coût des intérêts d'emprunt espagnols a fortement augmenté ces dernières semaines, les investisseurs s'inquiétant de la capacité de Madrid à recapitaliser ses banques et à éviter une nouvelle dégradation de ses finances publiques.   Suite...

 
<p>Le rapport du Fonds mon&eacute;taire international (FMI) sur les banques espagnoles montrera que ces derni&egrave;res ont besoin d'une injection de capital d'au moins 40 milliards d'euros, selon deux sources du secteur financier. /Photo d'archives/REUTERS/Laszlo Balogh</p>