Madrid s'apprête à tester les marchés

jeudi 7 juin 2012 08h49
 

MADRID (Reuters) - Confrontée à l'envolée de ses coûts de financement et fragilisée par les menaces qui pèsent sur son système bancaire, l'Espagne s'apprête à tester jeudi les marchés en proposant aux investisseurs de 1,25 à 2,5 milliards d'euros d'obligations de trois maturités différentes.

Cette opération, dont les résultats seront connus vers 8h40 GMT, sera suivie avec d'autant plus d'attention que le Trésor espagnol a dit ces derniers jours avoir perdu l'accès aux marchés du financement, la prime réclamée par les investisseurs pour détenir de la dette émise par Madrid ayant atteint un niveau jugé pratiquement intenable.

Les analystes jugent toutefois que l'Espagne devrait être en mesure d'atteindre ses objectifs, jugés modestes, pour cette émission décomposée en trois maturités de 2, 4 et 10 ans.

La ligne à dix ans sera la plus suivie et fournira aux observateurs des indices sur la capacité réelle du pays à éviter d'avoir à demander l'aide de ses partenaires européens, qui ne lui serait accordée qu'en l'échange de mesures d'austérité renforcée.

Mardi, le ministre du Trésor, Cristobal Montoro, a admis que les coûts de financement que Madrid doit supporter lui ferment de fait la porte des marchés.

"La prime de risque signifie que l'Espagne n'a pas d'accès au marché", a-t-il dit.

Cette défiance des marchés s'explique en grande partie par les craintes qu'ils nourrissent sur l'état du secteur bancaire espagnol, qui paye aujourd'hui le prix fort de son exposition à un secteur immobilier qui n'en finit plus de s'effondrer depuis 2008.

La situation de Bankia illustre à elle seule le présent des banques espagnoles. La banque a un besoin urgent de capitaux frais et c'est Madrid qui s'apprête à en supporter le coût au prix d'une nationalisation qu'il faudra bien financer.

Jeudi matin, le rendement des obligations espagnoles à dix à dix ans s'affichait à 6,39% alors que le papier allemand à même échéance offrait un rendement de 1,34%.   Suite...

 
<p>Confront&eacute;e &agrave; l'envol&eacute;e de ses co&ucirc;ts de financement et fragilis&eacute;e par les menaces qui p&egrave;sent sur son syst&egrave;me bancaire, l'Espagne teste les march&eacute;s jeudi en proposant aux investisseurs de 1,25 &agrave; 2,5 milliards d'euros d'obligations de trois maturit&eacute;s diff&eacute;rentes. /Photo d&rsquo;archives/REUTERS/Andrea Comas</p>