Les Bourses européennes terminent en hausse, le CAC gagne 1,07%

mardi 5 juin 2012 18h43
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse, à l'exception de la Bourse de Francfort, les investisseurs étant rassurés par la mobilisation des pays du G7 face à la crise en zone euro et par un indicateur américain meilleur que prévu. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 1,07% à 2.986,10 points, tandis que l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 progressait de 0,33%. En revanche, le Dax allemand a reculé de 0,15%.

L'orientation divergente de la Bourse de Francfort s'explique par le fait que cette dernière a mieux résisté que les autres à la chute des marchés boursiers à l'oeuvre depuis plusieurs semaines. Elle est la seule en Europe à, de justesse, ne pas être dans le rouge depuis le début de l'année (+1,23%).

A plus forte pondération industrielle que le CAC 40 ou l'Ibex 35, le Dax pâtit des craintes des investisseurs au sujet de la conjoncture mondiale, alimentées par des indicateurs macro-économiques mitigés en provenance de Chine et des Etats-Unis.

A noter que la Bourse de Londres était fermée pour le dernier jour du jubilé de la Reine.

Si la réunion du G7 n'a pas donné lieu à un communiqué officiel et des annonces concrètes, elle a montré que les dirigeants des grandes économies se préoccupaient plus activement de la crise en zone euro et du ralentissement économique mondial.

Le département américain du Trésor a fait savoir que les ministres des Finances du G7 avaient notamment discuté des progrès en vue d'une union budgétaire et financière en Europe.

Cette réunion intervient avant la décision de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) attendue mercredi et les déclarations prévues jeudi du président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Ben Bernanke, sur l'état de santé de l'économie américaine. Ces deux rendez-vous alimentent les espoirs de nouvelles mesures d'assouplissement quantitatif (QE) face à la dégradation de la conjoncture.

Les opérateurs de marché ont également salué la publication d'un indice ISM des services meilleur que prévu. La croissance dans ce secteur aux Etats-Unis a dépassé les attentes en mai, l'indice ISM des services étant ressorti à 53,7 en mai, contre 53,5 en avril.

Plus tôt, les signaux venus d'Europe avaient en revanche été négatifs, les derniers indicateurs confirmant un repli de l'activité dans le secteur privé.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES BOURSES EUROP&Eacute;ENNES</p>