Les prises de commandes d'Eiffage en Europe restent solides

mardi 5 juin 2012 18h06
 

par Gilles Guillaume et Elena Berton

ASNIERES-SUR-SEINE (Hauts-de-Seine) (Reuters) - Eiffage enregistre des prises de commandes toujours solides en France et en Europe, régions du monde qui offrent encore selon lui un potentiel de croissance et où il envisage de petites acquisitions, notamment dans les métiers liés à l'énergie.

"A fin avril, le groupe affiche un trend de prises de commandes stabilisé à un niveau élevé", a indiqué Pierre Berger, directeur général du groupe de BTP et de concessions dans une interview à Reuters.

"Nous continuons en France et en Europe à prendre des commandes à un rythme soutenu. La France est un pays qui investit traditionnellement de manière importante dans les infrastructures, en particulier en période de crise, pour relancer l'économie."

Eiffage a remporté l'an dernier le contrat de la ligne de TGV Bretagne-Pays-de-Loire, un investissement de 3,3 milliards d'euros. Pierre Berger a précisé cependant qu'un léger ralentissement se profilait en France sur le marché de l'immobilier, conséquence de la réduction de l'avantage fiscal dit Scellier et de l'attentisme provoqué par l'élection présidentielle.

Numéro trois français du secteur, et numéro quatre européen, Eiffage réalise la quasi-totalité de son chiffre d'affaires en Europe. Moins international que son concurrent Vinci, il souhaite également développer son activité hors du continent, notamment en Afrique, mais à son propre rythme.

"Le fantasme des observateurs extérieurs est qu'il faut absolument qu'un groupe comme le nôtre se développe au grand international. Mais l'Europe n'est pas fichue, la France n'est pas fichue", a dit Pierre Berger.

Eiffage axera ainsi sa croissance externe sur l'Hexagone, le Benelux et l'Allemagne, et sur les secteurs liés à la gestion de l'énergie et au nucléaire, le BTP évoluant de plus en plus de la construction pure à la rénovation et à la maintenance des équipements.

Pour financer cette ambition, qui sera présentée la semaine prochaine aux managers du groupe réunis en convention, Eiffage compte puiser dans le cash flow libéré par le refinancement récent de 3,5 milliards d'euros de dette contractée pour ses autoroutes.   Suite...

 
<p>Selon Pierre Berger, directeur g&eacute;n&eacute;ral d'Eiffage, le groupe de BTP continue d'enregistrer des prises de commandes solides en France et en Europe malgr&eacute; l'environnement &eacute;conomique incertain. /Photo prise le 5 juin 2012/REUTERS/Philippe Wojazer</p>