L'Espagne au coeur de la conférence téléphonique du G7

mardi 5 juin 2012 10h41
 

par Andreas Rinke et Leika Kihara

BERLIN/TOKYO (Reuters) - Les ministres des Finances et banquiers centraux des pays du G7 s'apprêtent à se réunir d'urgence ce mardi par conférence téléphonique pour examiner l'évolution de la crise de la dette dans la zone euro et notamment la crise bancaire en Espagne.

Les marchés financiers sont inquiets quant à la situation espagnole, alors que la Grèce, l'Irlande et le Portugal bénéficient déjà de plans internationaux de sauvetage.

La perspective, lors des nouvelles élections législatives en Grèce le 17 juin, d'une victoire des opposants grecs aux mesures d'austérité demandées par le FMI et l'Union européenne en échange du plan de sauvetage fait également craindre une sortie d'Athènes de la zone euro.

"Nous avons atteint un point où il nous faut une entente commune sur les problèmes que nous rencontrons", a déclaré Jun Azumi, le ministre japonais des Finances.

Son homologue canadien Jim Flaherty avait annoncé lundi que les grands argentiers du G7, qui réunit les Etats-Unis, le Canada, le Japon, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France et l'Italie, participeraient le lendemain à une conférence téléphonique. Une porte-parole du ministère avait précisé qu'il n'y aurait pas de discussions semblables à l'échelle du G20.

Toronto et Washington ont tous deux appelé les pays de la zone euro à être plus actifs.

"Les marchés continuent à douter que les mesures prises jusqu'à présent soient suffisantes pour assurer la reprise en Europe et éloigner le risque d'une aggravation de la crise", a déclaré Jay Carney, porte-parole de la présidence américaine.

LES ALLEMANDS SOUS PRESSION   Suite...

 
<p>A la Bourse de Madrid, la semaine derni&egrave;re. Les ministres des Finances et banquiers centraux des pays du G7 s'appr&ecirc;tent &agrave; se r&eacute;unir d'urgence ce mardi par conf&eacute;rence t&eacute;l&eacute;phonique pour examiner l'&eacute;volution de la crise de la dette dans la zone euro et notamment la crise bancaire en Espagne. /Photo prise le 29 mai 2012/REUTERS/Andrea Comas</p>