À Wall Street, les regards se tournent vers la Fed

dimanche 3 juin 2012 17h11
 

par Edward Krudy

NEW YORK (Reuters) - Le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke s'exprimera jeudi devant le Congrès sur l'état de l'économie américaine, et sa tâche s'annonce difficile.

A Wall Street, l'indice Dow Jones des principales valeurs industrielles est en repli de 0,8% depuis le début de l'année, le marché de l'emploi américain semble nettement ralenti et l'Europe reste engluée dans la crise de la dette.

"Ceci fait indéniablement entrer en scène la Fed et elle se sentira probablement obligée de réagir", commente Tom Porcelli, chef économiste chargé des Etats-Unis pour RBC Capital Markets, alors que les chiffres officiels publiés vendredi font état pour le mois de mai de créations d'emploi au plus bas depuis un an et d'un chômage en hausse à 8,2%.

"L'ingrédient manquant qui empêchait la Fed d'agir était la Bourse, mais à présent on la voit aussi faiblir", note-t-il.

Sur la semaine, le Dow Jones a perdu 2,7%, le S&P 500 3,0% et le composite du Nasdaq 3,2%.

La prochaine réunion du comité de politique monétaire de la Fed se tiendra les 19-20 juin. D'après une enquête Reuters réalisée vendredi après la publication de chiffres de l'emploi, les intermédiaires interrogés évaluent à 35% la probabilité que la Fed prolonge, lors de cette réunion, son "opération Twist" visant à faire baisser les taux d'intérêt à long terme.

L'enquête montre également que la probabilité estimée d'un nouveau tour d'assouplissement quantitatif (QE3) ressort désormais à 50%, contre 33% un mois auparavant.

BOMBE GRECQUE   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident de la R&eacute;serve f&eacute;d&eacute;rale Ben Bernanke s'exprimera jeudi devant le Congr&egrave;s sur l'&eacute;tat de l'&eacute;conomie am&eacute;ricaine, et sa t&acirc;che s'annonce difficile. A Wall Street, l'indice Dow Jones des principales valeurs industrielles est en repli de 0,8% depuis le d&eacute;but de l'ann&eacute;e, le march&eacute; de l'emploi am&eacute;ricain semble nettement ralenti et l'Europe reste englu&eacute;e dans la crise de la dette. "Ceci fait ind&eacute;niablement entrer en sc&egrave;ne la Fed et elle se sentira probablement oblig&eacute;e de r&eacute;agir", commente Tom Porcelli, chef &eacute;conomiste charg&eacute; des Etats-Unis pour RBC Capital Markets. /Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson</p>