Cure d'austérité pour les patrons des groupes publics

vendredi 1 juin 2012 17h23
 

par Caroline Jacobs et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - La plupart des dirigeants d'entreprises dont l'Etat français est actionnaire pourraient imiter le président d'EDF Henri Proglio et accepter d'importantes baisses de salaires afin de conserver leur poste, estiment les analystes.

Henri Proglio a fait savoir qu'il accepterait d'appliquer le projet du président français François Hollande de limiter de 1 à 20 l'écart maximal de rémunérations au sein d'une entreprise publique, alors que ce système d'encadrement des rémunérations doit être détaillé dans deux semaines.

Ce projet vient s'ajouter à une autre mesure avancée par François Hollande durant la campagne présidentielle: taxer à 75% les revenus dépassant un millions d'euros.

"C'est une modification de contrat. Si un PDG refuse, il risque de ne pas être renouvelé. Ils n'ont pas le choix", explique Laurent Maruani, directeur du département marketing de HEC.

Certains dirigeants pourraient ainsi voir leur salaire être amputé de 70%. La base à prendre en compte pour le calcul de l'écart de rémunération envisagé par l'Etat n'est toutefois pas le smic mais le salaire minimal dans l'entreprise, précise une source gouvernementale.

"Il y a des conventions collectives bien plus favorables que le smic. Par exemple chez EDF et chez Areva, le salaire minimal est largement au dessus du smic - parfois plus de 30%, +25% chez EDF", précise cette source.

"UNE MESURE SYMBOLIQUE"

De nombreuses questions demeurent toutefois: les cadres supérieurs de l'entreprise, dont les salaires peuvent dans certains cas dépasser celui de leur PDG, seront-ils également concernés par cette mesure ?   Suite...

 
<p>Les analystes estiment que la plupart des dirigeants d'entreprises dont l'Etat fran&ccedil;ais est actionnaire pourraient imiter le pr&eacute;sident d'EDF Henri Proglio et accepter d'importantes baisses de salaires afin de conserver leur poste. Henri Proglio a fait savoir qu'il accepterait d'appliquer le projet du pr&eacute;sident fran&ccedil;ais Fran&ccedil;ois Hollande de limiter de 1 &agrave; 20 l'&eacute;cart maximal de r&eacute;mun&eacute;rations au sein d'une entreprise publique. /Photo prise le 16 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Jacky Naegelen</p>