BP envisage de vendre ses parts dans l'entreprise russe TNK-BP

vendredi 1 juin 2012 16h47
 

par Tom Bergin et Neil Maidment

LONDRES (Reuters) - BP a annoncé vendredi envisager de vendre les 50% de parts qu'il détient dans le troisième producteur de pétrole russe TNK-BP, ce qui mettrait fin à l'une des participations les plus lucratives, audacieuses autant que compliquées du géant britannique du pétrole.

La vente de ses parts pourrait rapporter à BP quelque 30 milliards de dollars, ce qui aiderait la société britannique à payer la facture du nettoyage de la marée noire de 2010 dans le golfe du Mexique, ainsi que les éventuelles amendes qui pourraient lui être infligées.

Mais cela priverait aussi BP de dividendes conséquents - 3,7 milliards de dollars l'année dernière - et d'environ 30% de sa production de pétrole et de gaz mondiale.

Cette annonce a été bien accueillie par les analystes et l'action BP, en hausse de plus de 3% peu après l'ouverture de la Bourse de Londres, progressait encore de 1,32% à 14h20 GMT alors que l'indice regroupant les valeurs pétrolières européennes perdait au même moment 1,82%.

BP avait jusqu'alors présenté TNK-BP comme l'une de ses activités clé, mais la "major" semble aujourd'hui reconnaître que, après des années de relations tumultueuses, le statu quo avec ses partenaires, Alfa Access Renova (AAR), un groupe de quatre milliardaires d'origine russe, n'est plus tenable.

"Nous avons travaillé dur pour trouver une solution mais cela n'a pas été possible", a dit une source proche du dossier.

BP a indiqué dans un communiqué publié vendredi qu'elle avait fait l'objet d'"approches non sollicitées" et qu'elle avait notifié AAR d'une possible vente.

ROSNEFT "ÉTUDIE"   Suite...

 
<p>BP envisage de vendre les 50% de parts qu'il d&eacute;tient dans le troisi&egrave;me producteur de p&eacute;trole russe TNK-BP, ce qui mettrait fin &agrave; l'une des participations les plus lucratives, audacieuses autant que compliqu&eacute;es du g&eacute;ant britannique du p&eacute;trole. /Photo d'archives/REUTERS/Suzanne Plunkett</p>