PIB et marché du travail américains marquent le pas

jeudi 31 mai 2012 21h30
 

par Lucia Mutikani

NEW YORK (Reuters) - Le produit intérieur brut (PIB) et le marché du travail donnent des signes de ralentissement plus importants que prévu aux Etats-Unis, ont montré jeudi une série de statistiques qui ont incité les investisseurs à la retenue et poussé les marchés à la baisse.

La croissance de l'économie américaine a décéléré au premier trimestre, les entreprises réduisant le rythme de reconstitution des stocks tandis que la dépense publique a reculé plus qu'estimé initialement.

Le PIB a progressé de 1,9% en rythme annualisé sur la période janvier-mars, après +3,0% sur octobre-décembre et 2,2% en première estimation, selon les chiffres du département du Commerce.

Le rythme des créations d'emplois dans le secteur privé le mois dernier s'est également révélé inférieur aux attentes, tandis que les inscriptions au chômage ont augmenté, faisant craindre un coup d'arrêt pour le marché du travail après un début d'année en fanfare.

"Cela montre que l'économie traverse une mauvaise passe", a commenté Wayne Kaufman, analyste à John Thomas Financial, à New York.

Après avoir ouvert sur une note stable, les places boursières américaines se sont d'ailleurs rapidement inscrites à la baisse, en particulier le composite du Nasdaq qui cédait 1,01% une heure après l'ouverture. Le Dow Jones abandonnait au même moment 0,47% et le Standard & Poor's 0,74%.

Le rendement de l'obligation souveraine américaine à dix ans est de son côté tombé à 1,57%, son plus bas niveau depuis au moins 60 ans.

FLAMBÉE DES LICENCIEMENTS   Suite...

 
<p>Maisons en construction &agrave; Joplin, dans le Missouri. Le produit int&eacute;rieur brut (PIB) et le march&eacute; du travail donnent des signes de ralentissement plus importants que pr&eacute;vu aux Etats-Unis, montrent une s&eacute;rie de statistiques qui ont incit&eacute; les investisseurs &agrave; la retenue et pouss&eacute; les march&eacute;s &agrave; la baisse. /Photo prise le 17 mai 2012/REUTERS/Eric Thayer</p>