L'UE évoque deux pistes possibles d'aide à l'Espagne

mercredi 30 mai 2012 18h41
 

par Jan Strupczewski et Julien Toyer

BRUXELLES/MADRID (Reuters) - La Commission européen a ébauché mercredi deux pistes possibles d'aide à l'Espagne, dernier en date des pays menacés par l'aggravation de la crise de la dette, en évoquant un délai supplémentaire pour réduire ses déficits et une aide directe du fonds européen de soutien financier aux banques en difficulté.

Les coûts d'emprunt de l'Etat espagnol poursuivaient leur envolée en cours de journée, se rapprochant du seuil de 7% jugé insoutenable, tandis que la Bourse de Madrid tombait à son plus bas niveau depuis neuf ans et que l'euro s'enfonçait sous 1,24 dollar.

Le Commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a déclaré que la CE était disposée à accorder un an de plus à Madrid, donc jusqu'en 2014, pour ramener son déficit public à 3% du produit intérieur brut (PIB), la limitée fixée par Bruxelles, à condition cependant que le gouvernement espagnol se dote d'un plan budgétaire sur deux ans crédible.

Cette concession, que Madrid n'avait pas publiquement réclamée, impliquerait aussi que l'Espagne parvienne à contenir les dépenses de ses régions, à poursuivre la réforme de son secteur financier et à recapitaliser ses banques en difficulté.

De son côté, la Commission européenne a souligné la nécessité de briser le cercle vicieux formé par des banques en difficulté et des Etats endettés contraints de se prêter les uns aux autres et elle a appelé à créer une véritable union bancaire au sein de la zone euro.

Le président de l'exécutif, José Manuel Barroso, a estimé qu'une intégration accrue dans ce secteur pourrait inclure un mécanisme commun de garantie des dépôts bancaires permettant d'empêcher un "bank run" (une vague de retraits massifs des dépôts par les clients des banques) et une supervision financière à l'échelle de la zone euro.

Les Etats membres avaient rejeté à l'unanimité l'idée d'un fonds commun de garantie il y a quelques mois mais le président de la Commission a assuré que la donne avait changé depuis.

UN RÔLE ACCRU POUR LE MES ?   Suite...

 
<p>La Commission europ&eacute;en a &eacute;bauch&eacute; mercredi deux pistes possibles d'aide &agrave; l'Espagne, dernier en date des pays menac&eacute;s par l'aggravation de la crise de la dette, en &eacute;voquant un d&eacute;lai suppl&eacute;mentaire pour r&eacute;duire ses d&eacute;ficits et une aide directe du fonds europ&eacute;en de soutien financier aux banques en difficult&eacute;. /Photo d&rsquo;archives/REUTERS/Juan Medina</p>