PSA négocie un accord de flexibilité à Sevelnord

mercredi 30 mai 2012 18h14
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën va engager vendredi des négociations pour rendre son usine de Sevelnord (Nord) plus flexible et augmenter ainsi ses chances d'être choisie pour assembler un nouveau modèle, crucial pour l'avenir du site, a-t-on appris mercredi auprès de deux représentants syndicaux.

Selon les syndicats, PSA a proposé des mesures de mutation interne ou externe pouvant concerner plusieurs centaines d'emplois sur un effectif de 2.700 personnes.

Le groupe, ajoutent-ils, veut aussi assouplir les horaires de travail pour ajuster rapidement l'activité à la demande et geler les salaires pendant au moins trois ans, jusqu'à l'arrivée éventuelle du successeur des fourgonnettes Jumpy et Expert actuellement produites dans cette usine et appelées à être renouvelées.

"Nous allons avoir une réunion tous les vendredis à 10h, la prochaine sera consacrée à la mobilité", a déclaré à Reuters Pascal Lucas, délégué CFE-CGC de Sevelnord.

"La direction nous dit que l'actuelle structure des coûts est largement favorable à l'usine espagnole de Vigo (...) et qu'il faut trouver les solutions pour être plus compétitifs."

PSA a refusé de commenter les négociations en cours, rappelant simplement que le groupe étudiait plusieurs options depuis que Fiat, son partenaire à Sevelnord, a décidé de ne pas renouveler sa coopération au-delà de 2017.

Selon Ludovic Bouvier, délégué CGT, la direction veut que les négociations soient bouclées avant les congés d'août. La décision sur l'attribution du nouveau véhicule, dont le nom de code est K-zéro, est attendue d'ici septembre, pour une production à partir de 2016.

EN QUÊTE DE PARTENAIRES POUR SES UTILITAIRES   Suite...

 
<p>L'usine automobile Sevelnord &agrave; Hordain (Nord). PSA va engager vendredi des n&eacute;gociations pour rendre cette usine plus flexible et augmenter ainsi ses chances d'&ecirc;tre choisie pour assembler un nouveau mod&egrave;le, crucial pour l'avenir du site, selon une source syndicale. Le constructeur a refus&eacute; de commenter les n&eacute;gociations en cours, rappelant simplement que le groupe &eacute;tudiait plusieurs options depuis que Fiat, son partenaire dans l'usine, a d&eacute;cid&eacute; de ne pas renouveler sa coop&eacute;ration au-del&agrave; de 2017. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol</p>