La Chine cherche à tempérer les espoirs de relance massive

mercredi 30 mai 2012 11h07
 

PÉKIN (Reuters) - La Chine a certes besoin d'investissements pour stimuler sa croissance économique mais Pékin ne devrait pas engager un deuxième plan massif de relance budgétaire, estiment des économistes influents, selon des propos rapportés mercredi par la presse officielle chinoise.

Au début de la semaine, un responsable de la Commission nationale pour le développement et la réforme (NDRC) avait déjà jugé peu probable un plan de relance budgétaire de même ampleur que celui mis en oeuvre durant la crise financière de 2007-2009.

Un article publié sur le site internet de l'agence Chine nouvelle va également dans ce sens en prévenant que Pékin n'a aucune intention de rééditer le plan de 4.000 milliards de yuans (505 milliards d'euros) mis en place en 2008.

"Les intentions du gouvernement chinois sont très claires: il ne va pas présenter un autre plan de relance massive pour stimuler la croissance économique", écrit Chine nouvelle, sans citer de sources. "Les politiques de soutien à la croissance ne vont pas reprendre les méthodes utilisées il y a trois ans."

Cet article reprend fidèlement les avis exprimés par tous les conseillers du gouvernement chinois, qui mettent en avant le contre-coup du plan de 2008.

Pékin s'efforce en effet d'éponger les quelque 10.700 milliards de yuans de dette des collectivités locales qui ont résulté du plan de relance, auquel il est également reproché d'avoir alimenté les tensions inflationnistes et la spéculation immobilière.

Mercredi dans la presse officielle, les experts soulignent que des investissements excessifs pourraient nuire à la qualité de la croissance économique et exacerber les surcapacités dans certains secteurs.

QUALITÉ DE LA CROISSANCE

"Il n'est pas nécessaire pour la Chine de lancer un autre plan de relance massif de 4.000 milliards de yuans. Nous devons nous abstenir de faire des investissements excessifs sur une impulsion", déclare au Quotidien du Peuple Liu Yuanchun, professeur à l'université Renmin.   Suite...

 
<p>a Chine a certes besoin d'investissements pour stimuler sa croissance &eacute;conomique mais certains &eacute;conomistes influents estiment que P&eacute;kin ne devrait pas engager un deuxi&egrave;me tour de relance budg&eacute;taire massive. /Photo prise le 27 juin 2011/REUTERS/China Daily</p>