Les analystes redoutent une "décennie perdue" en zone euro

jeudi 24 mai 2012 17h35
 

par Ana Nicolaci da Costa

LONDRES (Reuters) - Après quatre ans de crise économique et de remous sur les marchés, qui ont poussé les rendements du Bund allemand à des plus bas historiques, la moitié des économistes et analystes obligataires interrogés par Reuters redoute désormais pour la zone euro un scénario de "décennie perdue" à la japonaise.

Les opérateurs de marché sont d'avis que l'alignement entre le rendement des obligations allemandes à deux ans et celui du papier japonais équivalent fait planer la menace d'une conjoncture durablement déprimée dans la zone euro, à l'image de ce qui s'était passé au Japon dans les années 1990.

La moitié des intervenants interrogés - soit 12 sur 24 - estime ainsi qu'il est probable que la zone euro soit sur le point d'entrer dans une période prolongée de croissance faible, voire nulle, couplée à une inflation et à des taux d'intérêt bas.

L'autre moitié estime que ce scénario est peu probable.

"Je ne vois vraiment pas de fin prochaine à la crise financière en zone euro. Je pense qu'il est très peu probable que l'Allemagne et les autres pays se mettent d'accord dans le courant de l'année", a déclaré Stephen Lewis, économiste en chef chez Monument Securities.

La France et l'Allemagne sont en désaccord sur une possible mise en place d'"eurobonds", à savoir de la dette européenne mutualisée, et sur la nécessité de soutenir davantage la croissance face aux mesures d'austérité.

"Cela va maintenir des perspectives très faibles pour l'économie de la zone euro dans les prochains trimestres", a estimé Stephen Lewis.

La croissance dans la zone euro a été nulle au premier trimestre de 2012 et est attendue en repli de 0,4% cette année.   Suite...

 
<p>Apr&egrave;s quatre ans de crise &eacute;conomique et de remous sur les march&eacute;s, qui ont pouss&eacute; les rendements du Bund allemand &agrave; des plus bas historiques, la moiti&eacute; des &eacute;conomistes et analystes obligataires interrog&eacute;s par Reuters redoute d&eacute;sormais pour la zone euro un sc&eacute;nario de "d&eacute;cennie perdue" &agrave; la japonaise. /Photo d'archives/REUTERS/Alex Domanski</p>