Air France réorganise ses vols court- et moyen-courriers

jeudi 24 mai 2012 19h59
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Air France a présenté jeudi un plan de réorganisation de ses activités court- et moyen-courriers qui prévoit en particulier la création d'un pôle régional regroupant trois compagnies existantes et la montée en puissance de la compagnie "low cost" Transavia.

La compagnie française, qui veut également ouvrir de nouvelles lignes long-courriers et améliorer la qualité de son service sur ce segment lucratif, a dit avoir décelé des "sureffectifs" dont elle ne précisera le volume que durant la deuxième quinzaine de juin.

"Si on n'arrive pas à nos fins avec le résultat des négociations, on va dénoncer les accords dans la situation de l'entreprise telle qu'elle est, c'est-à-dire très, très difficile, ce qui va nous amener à prendre des mesures plus sévères", a expliqué le PDG d'Air France, Alexandre de Juniac, tout en réaffirmant sa volonté d'éviter des licenciements secs.

Air France-KLM, numéro deux européen du transport aérien, dont l'Etat français détient 15,9%, veut économiser deux milliards d'euros d'ici fin 2014 afin de réduire sa dette d'autant, en réduisant à la fois ses investissements dans sa flotte et ses effectifs.

Le groupe franco-néerlandais affiche des coûts du personnel supérieurs à ceux de ses deux principaux concurrents, Lufthansa - qui a récemment annoncé 3.500 suppressions de postes - et IAG (British Airways-Iberia).

Air France, plus mal en point que KLM, compte réduire de 20% les coûts dont elle a la maîtrise.

Pour y parvenir, elle a ainsi annoncé jeudi un projet de regroupement de ses filiales régionales françaises Régional, Brit Air et Airlinair en un seul pôle.

Lionel Guérin, patron de Transavia France et d'Airlinair, est pressenti pour diriger ce pôle, qui pourrait accueillir un investisseur à son capital, et dont l'objectif est de réaliser un chiffre d'affaires d'un milliard d'euros en 2014, a précisé Alexandre de Juniac.   Suite...

 
<p>Air France pr&eacute;sente ce jeudi aux syndicats le projet de r&eacute;organisation de son activit&eacute;, qui pourrait passer par une fusion de ses compagnies r&eacute;gionales, mais les r&eacute;ductions d'effectifs qui en d&eacute;couleront ne devraient pas &ecirc;tre connues avant la fin juin. /Photo d'archives/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>