La décision sur l'Opel Astra complique le mécano GM-PSA

mardi 22 mai 2012 23h39
 

par Laurence Frost

PARIS (Reuters) - La décision de General Motors de ne plus produire en Allemagne son deuxième modèle le plus vendu en Europe pourrait compliquer le mécano industriel sur lequel PSA Peugeot Citroën et GM travaillent dans le cadre de leur alliance, estiment syndicats et analystes.

Le constructeur américain a annoncé jeudi dernier avoir décidé de concentrer l'assemblage de l'Opel Astra en Grande-Bretagne et en Pologne à partir de 2015. La production de cette voiture de taille moyenne cessera dans l'usine historique de Rüsselsheim et augmentera en revanche à Ellesmere Port, sur le sol britannique.

Si les analystes jugent cette décision sensée d'un point de vue économique, ils notent qu'elle renvoie à nouveau les deux constructeurs dos à dos pour ce qui est de réduire leurs capacités -voire de fermer des usines- dans les deux pays où leur dispositif industriel est de loin le plus développé: l'Allemagne et la France.

"La décision de GM souligne la volonté actuelle de prendre des décisions difficiles, quitte à aboutir à davantage de confrontation entre les deux partenaires sur leurs marchés nationaux", commente Michael Tyndall, analyste chez Barclays Capital.

GM et PSA assurent que leur alliance n'a aucun impact sur leur production actuelle, mais les syndicats craignent que les projets futurs envisagés en commun ne créent des doublons douloureux pour l'emploi. Dans un secteur confronté à des surcapacités chroniques en Europe, deux sites sont sur la sellette: Bochum en Allemagne, côté GM, et Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) côté PSA.

Ce dernier insiste sur le fait que le site d'Aulnay produira toujours des Citroën C3 en 2014 mais refuse de s'engager au-delà. L'été dernier, un document interne sur l'hypothèse d'une fermeture de l'usine avait fuité. La direction avait répondu que ce document était caduc mais refuse toujours d'évoquer un nouveau modèle pour prendre la relève de la petite Citroën.

DEUX SITES D'ORES ET DÉJÀ PÉRENNISÉS

Toute décision en la matière sera suivie de très près par le nouveau gouvernement socialiste en France ainsi que par Berlin, en raison des répercussions sociales et politiques d'une fermeture d'usine automobile.   Suite...

 
<p>La d&eacute;cision de General Motors de ne plus produire en Allemagne son deuxi&egrave;me mod&egrave;le le plus vendu en Europe pourrait compliquer le m&eacute;cano industriel sur lequel PSA Peugeot Citro&euml;n et GM travaillent dans le cadre de leur alliance, estiment syndicats et analystes. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach</p>