COR-Merkel et Hollande contraints au compromis sur la croissance

mardi 22 mai 2012 18h57
 

Corrige prévion OCDE au 6e paragraphe

PARIS (Reuters) - La volonté de François Hollande d'évoquer les très controversées euro-obligations lors du Conseil européen de mercredi suscite des remous qui devraient s'apaiser devant l'obligation de résultat à laquelle est soumis le couple franco-allemand.

Les chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-sept se réunissent à Bruxelles de manière informelle pour préparer le sommet européen de juin prochain, où des décisions doivent être prises pour relancer la croissance dans la zone euro.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié mardi des prévisions économiques qui insistent sur la menace que fait peser une éventuelle sortie de la Grèce de la monnaie unique et une possible contagion.

"Après un répit en fin d'année dernière, la crise de la zone euro s'est faite plus sérieuse récemment et demeure la plus importante source de risque pour l'économie mondiale", souligne le chef économiste de l'OCDE, Pier Carlo Padoan.

L'institution parisienne appelle les dirigeants européens à mettre la croissance au même niveau de priorité que la réduction des déficits, les prévisions de hausse de l'activité étant relativement sombres pour le Vieux Continent.

En France, l'OCDE prédit une croissance de 0,6% en 2012 et de 1,2% en 2013, loin derrière l'hypothèse de 1,7% retenue par le gouvernement socialiste dans son programme économique.

Le nouveau président avait, pendant sa campagne électorale, présenté des propositions relativement consensuelles au niveau européen pour relancer l'activité.

SUJET SENSIBLE EN ALLEMAGNE   Suite...

 
<p>Fran&ccedil;ois Hollande et Angela Merkel, ici lors du sommet de l'OTAN &agrave; Chicago, t&acirc;cheront de trouver un terrain d'entente sur la question tr&egrave;s controvers&eacute;e des euro-obligations lors du Conseil europ&eacute;en de mercredi. /Photo prise le 21 mai 2012/REUTERS/Jeff Haynes</p>