Facebook tombe sous son cours d'introduction en Bourse

lundi 21 mai 2012 17h33
 

par Chuck Mikolajczak et John McCrank

NEW YORK (Reuters) - L'action Facebook chutait lundi lors de sa première séance de cotation, faute de soutien des banques chargées de piloter son entrée en Bourse, et revenait près de 25% en dessous de son pic atteint vendredi.

Les débuts boursiers du premier réseau social du monde ont été perturbés par des défaillances techniques qui ont obligé l'opérateur boursier Nasdaq OMX à annoncer lundi une modification des procédures d'introduction.

Cette décision pourrait rassurer certaines sociétés candidates à une mise sur le marché mais elle ne change rien pour Facebook, dont la principale banque conseil, Morgan Stanley, a dû intervenir vendredi afin de "défendre" le prix d'introduction de 38 dollars, en achetant des titres en masse sur le marché.

Privée lundi de ce soutien bancaire, l'action chutait de 4,64 dollars à 33,67 dollars une heure après le début des échanges, accusant une baisse de près de 12% par rapport à la clôture de vendredi et d'environ 25% par rapport au point haut touché à 45 dollars. Au même moment, l'indice Nasdaq Composite gagnait plus de 1%.

Les volumes restaient très importants sur Facebook avec plus de 90 millions de titres échangés en une heure. Vendredi, ils avaient atteint près de 581 millions d'actions en un peu plus de cinq heures.

La baisse du cours lundi laisse entières les nombreuses questions posées par l'opération, qu'elles portent sur le prix d'introduction retenu ou sur la capacité du Nasdaq à accueillir la plus importante introduction jamais réalisée par une entreprise internet.

"UNE OPÉRATION MAL GÉRÉE"

"Il s'agit tout simplement d'une opération mal gérée et il se trouve qu'il s'agit de la plus grosse opération de l'histoire du Nasdaq et que celui-ci s'est planté, c'est la conclusion", a commenté Joe Saluzzi, co-directeur du trading de Themis Trading.   Suite...

 
<p>L'action Facebook chutait lundi lors de sa premi&egrave;re s&eacute;ance de cotation, faute de soutien des banques charg&eacute;es de piloter son entr&eacute;e en Bourse, et revenait pr&egrave;s de 25% en dessous de son pic atteint vendredi. /Photo prise le 19 mai 2012/REUTERS/Thomas Hodel</p>