Les euro-obligations au menu du sommet informel de mercredi

lundi 21 mai 2012 17h17
 

par Luke Baker

BRUXELLES (Reuters) - François Hollande et plusieurs autres dirigeants de la zone euro devraient défendre l'idée d'"euro-obligations" lors du sommet informel de la zone euro qui se tient mercredi à Bruxelles et accentuer ainsi la pression sur l'Allemagne, qui y reste opposée.

De hauts responsables européens et américains ont déclaré ce week-end que le nouveau président français avait soulevé la question des euro-obligations, une forme de mutualisation de la dette des Etats de la zone euro, lors du sommet du G8 à Camp David en promettant de l'évoquer à nouveau mercredi à Bruxelles.

François Hollande devrait recevoir l'appui du Premier ministre italien, Mario Monti, du président du Conseil espagnol, Mariano Rajoy, et de la Commission européenne, soutien de longue date des euro-obligations au sujet desquelles elle a produit l'an dernier une étude de faisabilité restée lettre morte.

L'accentuation récente de la crise de la zone euro a changé la donne et les euro-obligations sont désormais présentées par plusieurs économistes et responsables politiques comme l'un des instruments susceptibles de restaurer la confiance des investisseurs.

"Le débat sur les euro-obligations est de nouveau au premier plan et François Hollande aura le soutien d'autres dirigeants s'il le rouvre", a déclaré un responsable de l'Union européenne.

"Ce n'est pas quelque chose qui va se produire du jour au lendemain, un tas de choses doivent d'abord être faites, mais l'envie est bien présente."

Dans une lettre, le président de la Commission, Herman Van Rompuy, a appelé les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE à venir sans "tabous" à la réunion de mercredi.

"Il n'est pas trop tôt pour réfléchir à des changements plus fondamentaux", écrit-il. "De biens des manières, la perspective d'une avancée vers un système plus intégré augmenterait la confiance dans l'euro et l'économie européenne."   Suite...

 
<p>Fran&ccedil;ois Hollande et Angela Merkel au sommet de l'Otan, &agrave; Chicago. Le chef de l'Etat fran&ccedil;ais et plusieurs autres dirigeants de la zone euro devraient d&eacute;fendre l'id&eacute;e d'"euro-obligations" lors du sommet informel de la zone euro qui se tient mercredi &agrave; Bruxelles et accentuer ainsi la pression sur la chanceli&egrave;re allemande, qui y reste oppos&eacute;e. /Photo prise le 20 mai 2012/REUTERS/Jim Young</p>