Interrogations sur la stratégie de Morgan Stanley pour Facebook

dimanche 20 mai 2012 16h38
 

par Nadia Damouni et Olivia Oran

NEW YORK (Reuters) - La première journée chaotique de Facebook en Bourse suscite une série de questions sur la stratégie très secrète adoptée par Morgan Stanley, la principale banque ayant participé au processus d'introduction sur le Nasdaq, pour cette opération pourtant très médiatisée.

Après un début de cotations retardé, l'action Facebook a passé l'essentiel de la séance de vendredi à tenter de se maintenir au-dessus du cours d'introduction de 38 dollars pour finir sur un gain de seulement 23 cents (+0,6%), à 38,2318 dollars. Voilà qui contraste avec les premières séances flamboyantes d'autres valeurs internet comme LindedIn ou Groupon.

Il est de ce fait fort possible Morgan Stanley ait dépensé plusieurs milliards de dollars pour soutenir le cours de Bourse au niveau de 38 dollars en achetant des actions sur le marché. Pour ce faire, la banque d'affaires a utilisé l'option de sur-allocation (greenshoe) de 63 millions d'actions qui était en réserve, explique-t-on de sources proches du dossier.

On peut avoir une idée du coût de ce maintien au-dessus du seuil psychologique de 38 dollars: si Morgan Stanley avait acheté toutes les actions qui se sont traitées à moins de 38 dollars dans les 20 dernières minutes de la séance, elle aurait dépensé près de deux milliards de dollars.

Les banques introductrices ne sont pas obligées de soutenir le cours de Bourse le premier jour, mais elles ont pour habitude de le faire. Morgan Stanley s'est refusée à tout commentaire.

Certes, l'absence de hausse de l'action Facebook le premier jour signifie a contrario que Morgan Stanley a obtenu le prix maximum pour son client.

En outre, le retard de 45 minutes dans les cotations en début de séance est imputable à des problèmes techniques du Nasdaq qui croulait sous un volume d'ordres énorme. Et comme pendant la séance, de nombreux investisseurs n'ont pas obtenu confirmation de l'exécution de leurs ordres de Bourse, cela a pu en inciter certains à vendre, accentuant ainsi le courant vendeur sur l'action.

En fin de journée, le Nasdaq a indiqué que les ordres entrés avant le début des cotations n'avaient pas été exécutés et a offert de les traiter pour les clients envoyant leur demande avant lundi. Le marché électronique devait travailler tout le week-end pour résoudre les transactions en suspens.   Suite...

 
<p>La premi&egrave;re journ&eacute;e chaotique de Facebook en Bourse, vendredi, suscite une s&eacute;rie de questions sur la strat&eacute;gie tr&egrave;s secr&egrave;te adopt&eacute;e par Morgan Stanley, la principale banque ayant particip&eacute; au processus d'introduction sur le Nasdaq, pour cette op&eacute;ration pourtant tr&egrave;s m&eacute;diatis&eacute;e. /Photo prise le 18 mai 2012/REUTERS/Keith Bedford</p>