Le G8 s'engage à encourager la croissance, soutient la Grèce

samedi 19 mai 2012 20h36
 

par Laura MacInnis et Jeff Mason

CAMP DAVID, Maryland (Reuters) - Les dirigeants du G8 se sont exprimés samedi en faveur du maintien de la Grèce dans la zone euro et se sont engagés à prendre toutes les mesures nécessaires pour relancer l'économie, en reconnaissant que les mêmes recettes ne pouvaient pas être appliquées partout.

A l'issue de leur sommet à Camp David, la retraite du président américain dans le Maryland, au coeur des Catoctin Mountains, les chefs d'Etat et de gouvernement de huit grandes économies du monde ont affiché un soutien ferme à l'Europe, engluée dans la crise des dettes dans la zone euro, qui menace l'économie mondiale.

Ils dressent le constat que l'économie mondiale montre des signes prometteurs de reprise mais que d'"importants vents contraires persistent".

"Notre impératif est de soutenir la croissance et l'emploi", affirment-ils dans leur communiqué final.

"Nous sommes déterminés à prendre toutes les mesures nécessaires pour renforcer et revigorer nos économies et lutter contre les tensions financières, en reconnaissant que les mesures appropriées ne sont pas les mêmes pour chacun de nous", ajoutent-ils.

Dès vendredi, donnant le ton du sommet, Barack Obama s'était aligné sur la proposition de François Hollande, favorable à des mesures d'incitation à la croissance face à l'austérité prônée par Angela Merkel, qui est apparue isolée.

Samedi, le président américain a prôné une approche équilibrée pour la relance de l'économie mondiale.

"Nous avons besoin d'un programme de croissance tout en maintenant la discipline fiscale", a-t-il déclaré à ses interlocuteurs, selon des sources au fait des discussions entre les huit dirigeants.   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident am&eacute;ricain et les dirigeants des sept autres pays les plus industrialis&eacute;s r&eacute;unis &agrave; Camp David pour le sommet du G8. Barack Obama s'est engag&eacute; samedi &agrave; coop&eacute;rer avec l'Europe sur un programme associant aux plans de r&eacute;duction des d&eacute;ficits des mesures en faveur de la croissance, afin d'&eacute;viter que la crise dans la zone euro ne d&eacute;stabilise l'&eacute;conomie mondiale. /Photo prise le 19 mai 2012/REUTERS/Larry Downing</p>