Test réussi pour la dette après l'élection de François Hollande

mercredi 16 mai 2012 13h37
 

par Raoul Sachs

PARIS (Reuters) - La France a émis mercredi près de huit milliards d'euros de dette à moyen terme à un coût inférieur à celui du mois d'avril lors de la première adjudication de titres d'une durée de deux à cinq ans depuis l'élection de François Hollande à la présidence de la République.

Le BTAN de référence à 5 ans a été servi au taux moyen de 1,72%, un plus bas historique lors d'une adjudication d'un benchmark 5 ans. En avril, l'Agence France Trésor, qui gère la dette de l'Etat, avait émis le même BTAN au taux moyen de 1,83%.

Le BTAN de référence à deux ans a été adjugé au taux moyen de 0,74% contre 0,85% en avril.

L'AFT a émis au total 7,996 milliards d'euros, soit l'objectif maximum annoncé qui était de 8,0 milliards.

La demande globale a été forte, totalisant 23,675 milliards d'euros, ce qui donne un ratio de couverture (montant demandé sur montant servi) élevé de 2,96 contre 2,58 en avril et une moyenne de 2,38 en 2011.

"De très bonnes adjudications françaises. La demande a été très forte sur le deux ans et le cinq ans", résume Peter Chatwell, stratégiste taux chez Crédit agricole CIB.

"Si vous devez investir en euro, la France est une proposition beaucoup plus attractive que l'Allemagne. Le ratio de couverture est énorme", estime Marc Oswald, stratégiste chez Monument Securities à Londres, ajoutant toutefois que cela ne veut pas dire que les craintes entourant la France et la zone euro ont disparu.

"La question, c'est de savoir si la France va faire défaut dans les trois ou quatre prochaines années. Je réponds catégoriquement non et, sur cette base, le rendement français relativement à l'Allemagne est attractif", souligne-t-il.   Suite...

 
<p>La France a &eacute;mis mercredi pr&egrave;s de huit milliards d'euros de dette &agrave; moyen terme &agrave; un co&ucirc;t inf&eacute;rieur &agrave; celui du mois d'avril lors de la premi&egrave;re adjudication de titres d'une dur&eacute;e de deux &agrave; cinq ans depuis l'&eacute;lection de Fran&ccedil;ois Hollande. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>