Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris

mercredi 16 mai 2012 08h20
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre mercredi à la Bourse de Paris.

* EADS a annoncé mercredi des résultats trimestriels supérieurs aux attentes grâce à un bond du bénéfice d'exploitation (Ebit) d'Airbus, mais a annoncé une charge de 158 millions d'euros liée aux fissures sur les ailes de l'A380 pour lesquelles il dit avoir trouvé une solution permanente.

* VALEURS CYCLIQUES - France et Allemagne sont convenues mardi à Berlin, à l'occasion d'un premier entretien entre Angela Merkel et François Hollande, de présenter en commun des idées sur les moyens de relancer la croissance européenne au Conseil européen du mois prochain.

* BANQUES - Une vingtaine de grandes banques européennes va discuter ce mercredi d'un projet visant à réduire le poids des trois grandes agences de notation (S&P, Moody's et Fitch) lors d'une réunion privée de leurs directeurs financiers à Francfort, rapporte le Financial Times.

* La SOCIÉTÉ GÉNÉRALE veut limiter l'accès à son plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), qui porte sur la suppression de 880 postes dans sa banque de financement et d'investissement (BFI), aux seuls salariés du front-office, c'est-à-dire les traders et leurs équipes, rapporte le quotidien Les Echos.

* AUTOMOBILE - Les immatriculations de voitures neuves ont diminué de 6,9% en avril dans l'Union européenne, selon l'Association des constructeurs européens d'automobiles (Acea).

* GDF Suez - UBS a ajouté le titre à sa liste des principales valeurs européennes.

* REXEL, numéro un mondial de la distribution de matériel électrique, a annoncé l'acquisition de la société américaine indépendante Platt Electric Supply pour environ 300 millions d'euros.

* WENDEL a annoncé avoir renégocié avec succès les termes de la dette de Materis et apporter 21 millions d'euros de fonds propres pour aider le spécialiste français de la chimie de spécialités pour la construction à financer son développement.   Suite...

 
<p>Soci&eacute;t&eacute; g&eacute;n&eacute;rale, &agrave; suivre mercredi &agrave; la Bourse de Paris. La banque veut limiter l'acc&egrave;s &agrave; son plan de sauvegarde de l'emploi, qui porte sur la suppression de 880 postes dans sa banque de financement et d'investissement (BFI), aux seuls salari&eacute;s du front-office, c'est-&agrave;-dire les traders et leurs &eacute;quipes, rapporte le quotidien Les Echos. /Photo d'archives/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier (FRANCE)</p>