Les Bourses européennes terminent en baisse

mardi 15 mai 2012 18h59
 

PARIS, 15 mai - Les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi, à de nouveaux plus bas annuels, au terme d'une séance hésitante qui a vu les marchés d'actions s'enfoncer dans le sillage de l'annonce de nouvelles élections législatives en Grèce.

Les discussions entre les partis politiques hellénique sur la formation d'un gouvernement de coalition ont échoué, a annoncé la présidence grecque, ouvrant la voie à un nouveau scrutin électoral et renforçant encore l'instabilité politique dans le pays.

Cette annonce a encore fait monter d'un cran les craintes sur l'avenir de la Grèce, puisqu'elle fait planer la menace d'une faillite prochaine du pays ainsi qu'une possible sortie de la zone euro.

Les investisseurs européens ont eu aussi de nombreux indicateurs à digérer, la croissance allemande plus forte que prévu au premier trimestre et de bonne statistiques américaines ayant même permis aux indices européens d'évoluer dans le vert à mi-séance.

Toutefois, les marchés restaient préoccupés par la crise de la dette en Europe et espèrent désormais des réponses politiques fortes à l'issue de la rencontre entre François Hollande et a chancelière allemande Angela Merkel à Berlin et de la réunion du conseil des ministres de l'Union européenne (Ecofin) Bruxelles.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,61% à 3.039,27 points. Le Footsie britannique a reculé de 0,51% et le Dax allemand de 0,79%, tandis que l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 cédait 0,65%.

La Bourse d'Athènes a plongé de 3,6%, à un plus bas niveau depuis 20 ans.

Sur le front des valeurs en Europe, les médias ont le mieux résisté, tirés par Vivendi (+2,01%, plus forte hausse du CAC 40) à la suite de la publication de résultats jugés moins dégradés que prévu.

Iliad s'adjuge 3,64%. Sa filiale Free mobile, dernier né des opérateurs de téléphonie mobile dans l'Hexagone, a conquis 2,6 millions d'abonnés depuis son lancement début janvier, se taillant une part de marché de 3,7% en trois mois à peine.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES BOURSES EUROP&Eacute;ENNES</p>