Les Chinois voient grand pour leurs avions d'affaires

mardi 15 mai 2012 17h57
 

par Cyril Altmeyer

GENEVE (Reuters) - Les Chinois qui achètent leur premier avion d'affaires optent généralement pour un modèle haut de gamme, signe extérieur de richesse et apte à assurer plusieurs heures de vol confortables au-dessus des immenses étendues de l'Empire Céleste, constatent les constructeurs.

Les plus gros avions d'affaires, dont les prix peuvent atteindre jusqu'à 70 millions de dollars contre sept millions pour un petit jet, ont vu leurs ventes progresser entre 2008 et 2010 alors que le reste du marché plongeait sous l'effet de la crise financière.

Cette tendance a ainsi vocation à s'accélérer avec la croissance annuelle moyenne de 15% du marché chinois attendue par le constructeur canadien Bombardier d'ici 20 ans, ce qui le porterait à 2.470 avions en 2030.

"Les acheteurs chinois plongent directement dans le grand bain", a déclaré à Reuters Stephen Taylor, directeur de Boeing Business Jets, à l'occasion du salon d'affaires Ebace qui se tient à Genève jusqu'à mercredi.

Il a estimé que les gros avions représentaient plus de la moitié du marché chinois contre environ 20% mondialement.

"Traditionnellement, on commence par un avion d'entrée de gamme, puis un avion moyen, puis un avion pouvant effectuer de plus longs vols", a déclaré de son côté à Reuters Ernest Edwards, directeur du brésilien Embraer Executive Jets. "En Chine, on passe directement de rien à un gros avion, presque rien entre les deux".

Cessna (groupe Textron), qui estime que le marché chinois sera le deuxième du monde d'ici 15 ans, ne s'y est pas trompé. L'avionneur, pourtant positionné sur les avions moyens et légers, compte créer cet été au moins trois coentreprises avec le chinois Avic, dont l'une d'entre elles produira et commercialisera mondialement un avion de grande taille.

"Quand vous avez une population de 1,3 milliard d'habitants et des opportunités phénoménales de croissance, il faut se projeter à 15 ans et investir dès maintenant - sinon vous aurez raté le coche", a dit à Reuters Scott Ernest, PDG de Cessna.   Suite...

 
<p>Un jet d'Embraer. Les Chinois qui ach&egrave;tent leur premier avion d'affaires optent g&eacute;n&eacute;ralement pour un mod&egrave;le haut de gamme, signe ext&eacute;rieur de richesse et apte &agrave; assurer plusieurs heures de vol confortables au-dessus des immenses &eacute;tendues de l'Empire C&eacute;leste, constatent les constructeurs. /Photo d'archives/REUTERS/Rickey Rogers</p>