Les grandes banques espagnoles appelées à provisionner encore

lundi 14 mai 2012 18h46
 

par Sarah White

MADRID (Reuters) - Les cinq premières banques espagnoles vont devoir provisionner 15 milliards d'euros supplémentaires pour couvrir le risque lié à leurs prêts immobiliers, mettant encore sous pression leurs finances alors que l'Espagne tente de restaurer la confiance dans son secteur bancaire.

Vendredi, le gouvernement espagnol a imposé à ses banques de provisionner 30 milliards d'euros, en plus des 54 milliards exigés en février, afin de couvrir aussi bien leurs créances performantes que leurs prêts à risque.

Cette mesure intervient dans le cadre d'une réforme bancaire qui constitue le quatrième plan de sauvetage en quatre ans des banques espagnoles. Ces dernières ont enregistré de lourdes pertes avec la chute du marché immobilier en 2008, soulevant des craintes sur une possible aide internationale à l'Espagne.

Ces 30 milliards d'euros de provisions supplémentaires pèsent durement sur les banques alors que les investisseurs s'inquiètent de savoir où les établissements vont pouvoir trouver l'argent et si cette mesure sera suffisante.

Le gouvernement espagnol a indiqué que l'Etat fournirait une aide publique limitée à 15 milliards d'euros, et seulement sous la forme de prêts convertibles en actions, aux banques qui manqueraient de capitaux.

A la Bourse de Madrid, la réforme bancaire n'a pas convaincu les investisseurs. L'Ibex 35 reculait de 2,26% à 12h30 GMT, plombé par les valeurs bancaires. Bankia, dont l'Etat a pris le contrôle la semaine dernière, reculait de 9,42%, Banco Popular de 5,21 %, BBVA de 3,63%, Banco Santander de 2,98 % et Bankinter de 2,31 %.

L'écart de rendement (spread) entre les obligations espagnoles à 10 ans et le Bund allemand, qui fait office de valeur refuge, a de son côté atteint 485 points de base, un record depuis l'introduction de l'euro.

DES PROVISIONS POUR CHAQUE BANQUE   Suite...

 
<p>Immeubles inachev&eacute;s &agrave; Madrid. Les cinq premi&egrave;res banques espagnoles vont devoir provisionner 15 milliards d'euros suppl&eacute;mentaires pour couvrir le risque li&eacute; &agrave; leurs pr&ecirc;ts immobiliers, mettant encore sous pression leurs finances alors que l'Espagne tente de restaurer la confiance dans son secteur bancaire. /Photo prise le 11 mai 2012/REUTERS/Juan Medina</p>